Assistance scolaire personnalisée

un partenariat rue des écoles Maif
Lundi 20 février 2017. Bonjour S'inscrire gratuitement       > Se connecter
icone DocumentDocument

Français 3e : le programme scolaire commenté

Introduction

Au cycle 3, les élèves ont développé des capacités à lire, comprendre et interpréter des documents divers, particulièrement des textes littéraires. Ils ont enrichi leurs compétences de communication et d'expression, écrites et orales, dans des situations de plus en plus complexes, structurant leurs connaissances et élaborant une pensée propre. L'étude de la langue, fondée sur la réflexion, a été mise au service de la compréhension et de l'expression (orale/écrite).
Au cycle 4, les élèves poursuivent la construction d'une pensée autonome appuyée sur un usage correct et précis de la langue française, le développement de l'esprit critique et de qualités de jugement qui seront nécessaires au lycée.
Cet enseignement vise :
  • le développement des compétences orales et écrites en réception et en production ;
  • l'approfondissement des compétences linguistiques qui permettent une compréhension synthétique de la langue (orthographe, grammaire, lexique, histoire de la langue en lien avec les langues anciennes, les langues vivantes étrangères et régionales) ;
  • la constitution d'une culture littéraire et artistique commune, faisant dialoguer les œuvres littéraires du patrimoine national, les productions contemporaines, les littératures francophones et les littératures de langues anciennes et de langues étrangères ou régionales, et les autres productions artistiques, notamment les images, fixes et mobiles.
I. Compétences langagières, orales et écrites
1. L'écriture
Au cycle 4, les élèves explorent les différentes fonctions de l'écrit et apprennent à enrichir leurs stratégies d'écriture. Grâce à la diversité et à la fréquence des activités, ils apprennent à mettre les ressources de la langue et les acquis de leurs lectures au service d'une écriture plus maitrisée. Leur pratique de l'écrit devient plus réflexive et ils peuvent ainsi améliorer leurs écrits. Ils savent également utiliser l'écrit pour travailler et apprendre. Ils comprennent qu'un écrit n'est jamais spontanément parfait et qu'il doit être repris pour rechercher la formulation qui convient le mieux, préciser ses intentions et sa pensée.
Exemples d'activités d'écriture :
  • courrier électronique/papier ;
  • réécriture en changeant de destinataire/d'intention/de tonalité ;
  • transformation, imitation, détournement de textes ;
  • jeux poétiques ;
  • compte rendu de lecture, critique de film… ;
  • textes argumentatifs (défense ou critique d'un point de vue) ;
  • conte ;
  • pages de journal intime;
  • écrits d'invention (lettre, lettre ouverte, récit, suite de texte, scène de théâtre, dialogue, article de presse, plaidoirie, etc.).
Les activités d'écriture sont permanentes et articulées aux activités de lecture et d'expression orale. L'environnement numérique de travail permet de capitaliser et d'échanger des textes individuels et collectifs. On alterne des écrits courts et des travaux de longue durée qui peuvent donner lieu à publication et diffusion au sein de la classe et de l'établissement.
En 4e et 3e, on se fixe l'objectif de 2 000 à 3 000 signes selon les écrits. Des écrits collectifs de longue durée peuvent aller à des volumes plus importants. Complexité des phrases, précision du vocabulaire, cohérence textuelle augmentent tout au long du cycle.
Au brevet, deux sujets sont proposés : un sujet d'invention et un sujet de réflexion. Le texte produit doit faire au minimum une soixantaine de lignes.
2. L'expression orale
L'enseignement de l'oral au cycle 4 conduit les élèves à entrer davantage dans les genres codifiés de l'oral en les pratiquant et en identifiant leurs caractéristiques. Des moments spécifiques lui sont consacrés en lien avec les activités de lecture et d'écriture. Les élèves apprennent à tirer profit de l'écoute de discours oraux élaborés ; ils apprennent à en produire eux-mêmes, à s'appuyer efficacement sur une préparation, à maitriser leur expression, à apporter leur contribution dans des débats.
Objectifs à atteindre en fin de cycle :
  • Comprendre des discours oraux élaborés (récit, exposé magistral, émission documentaire, journal d'information).
  • Produire une intervention orale continue de cinq à dix minutes (présentation d'une œuvre littéraire ou artistique, exposé des résultats d'une recherche, défense argumentée d'un point de vue).
  • Interagir dans un débat de manière constructive et en respectant la parole de l'autre.
  • Lire un texte à haute voix de manière claire et intelligible ; dire de mémoire un texte littéraire ; s'engager dans un jeu théâtral.
  • Les élèves accèdent progressivement à la pratique d'un oral codifié et socialisé, éloigné de la pratique spontanée de la conversation courante ; on n'exige pas d'eux une correction absolue ni la maitrise complète des techniques de l'exposé et du débat. En 5e, on met l'accent sur le compte rendu, le récit oral, la mise en voix et la théâtralisation des textes. L'expression des sentiments, des sensations et du jugement argumenté, la participation à des débats organisés, la pratique de l'exposé sont travaillés tout au long du cycle, mais sont peu à peu plus structurées et plus exigeantes. En 3e, une prise de parole de dix minutes en continu est un objectif raisonnable à atteindre.
3. L'image
Les images fixes ou mobiles constituent une ressource précieuse au cycle 4 : elles proposent aux yeux des élèves des représentations du monde et facilitent ainsi leur perception des textes littéraires ; elles sont également l'occasion de les confronter à des procédés sémantiques proches de ceux utilisés pour les textes et de développer des méthodes d'analyse spécifiques pour chacun d'entre eux ; les images leur donnent accès à une culture complémentaire qui dialogue avec la culture littéraire et l'enrichit. L'élève est amené à lire et comprendre des images fixes ou mobiles variées empruntées à la peinture, aux arts plastiques, à la photographie, à la publicité et au cinéma en fondant sa lecture sur quelques outils d'analyse simples. Il cherche à situer les œuvres dans leur contexte historique et culturel. Ainsi il acquiert des éléments d'analyse de l'image, il met en relation textes littéraires, images illustratives et adaptations cinématographiques.
Au brevet, le texte littéraire peut être accompagné d'une image : l'élève doit alors répondre à quelques questions mettant en relation l'image et le texte.
II. Compétences linguistiques : étude de la langue (grammaire, orthographe, lexique)
1. Connaitre les aspects fondamentaux du fonctionnement syntaxique
Fonctionnement de la phrase simple
Fonctionnement de la phrase complexe
Rôle de la ponctuation
  • Le rôle syntaxique des signes de ponctuation et utilisation de ces signes à bon escient.
2. Connaitre les différences entre l'oral et l'écrit
Aspects syntaxiques
  • Comparer la syntaxe à l'oral et à l'écrit : découpage des mots et des groupes.
Formes orales et formes graphiques (écrites)
  • Incidences de l'écrit sur l'oral (liaison) et de l'oral sur l'écrit (élision).
  • Comparer les marques morphologiques à l'oral et à l'écrit.
Aspects prosodiques
  • Observation de la prosodie (mélodie, intonation, accent, etc.) et de l'organisation du texte à l'oral et à l'écrit (découpage, ponctuation, paragraphe, vers…).
  • Fonction prosodique, sémantique, syntaxique de la ponctuation.
  • Dire des textes.
Repères de progressivité
Au cycle 4 l'élève approfondit chaque notion ; il construit progressivement une attitude de réflexion lui permettant de manipuler la langue, de la décrire et de la commenter.
Trois niveaux sont privilégiés :
  • le mot (choix lexical, marques morphologiques, rôle dans la construction syntaxique)  ;
  • la phrase (construction et cohérence sémantique)  ;
  • le texte (énonciation, cohésion, cohérence).
Ces trois niveaux se travaillent tout au long du cycle mais l'accent est mis sur le niveau textuel en 4e et 3e.
De la 5e à la 3e, les élèves découvrent les notions étudiées d'abord à partir d'exemples bien caractéristiques puis ils affinent leurs connaissances et leurs compétences : ils travaillent à partir d'exemples se prêtant davantage à la discussion et permettant de mieux voir ce qui relève de la règle ou du choix de celui qui écrit ou qui parle.
La mémorisation progressive de formes verbales et la familiarisation avec des procédés permettant d'interpréter les mots nouveaux ou de les orthographier leur permettent de se consacrer davantage au contenu des textes qu'ils rédigent ou qu'ils lisent et donc d'aborder des textes de plus en plus exigeants.
De la 5e à la 3e, les élèves découvrent progressivement des nuances de plus en plus fines que la langue permet d'exprimer, tant au niveau des mots ou expressions qu'à celui des constructions.
De la 5e à la 3e, la structure énonciative des textes à lire et à produire devient de plus en plus complexe et sollicite donc des connaissances de plus en plus précises ; les élèves apprennent d'abord à caractériser une situation énonciative simple, puis une situation plus complexe. Ils gèrent des accords orthographiques exigeant la prise en compte de plus en plus d'éléments (plusieurs sujets, sujets éloignés, sujets séparés par un groupe nominal ou une subordonnée, etc.).
Les notions à travailler au niveau du texte dans les écrits des élèves sont les suivantes :
  • la cohérence textuelle : maitriser la chaine anaphorique et les substituts nominaux et pronominaux, les temps et modes verbaux  ;
  • l'enchainement entre les phrases (liens logiques  ;
  • la maitrise du thème et du propos avec un usage pertinent de la ponctuation.
Ces notions sont abordées par approfondissements successifs tout au long de l'année et du cycle, en s'appuyant sur les productions orales et écrites des élèves.
III. Culture littéraire et artistique
L'acquisition d'une culture littéraire et artistique est l'une des finalités majeures de l'enseignement du français. Elle suppose que les élèves prennent goût à la lecture et s'y engagent personnellement ; qu'ils soient encouragés à lire de nombreux livres ; qu'ils puissent acquérir des connaissances leur permettant de s'approprier cette culture et de l'organiser, d'affiner leur compréhension des œuvres et des textes, et d'en approfondir l'interprétation.
Le travail s'organise à partir de quatre grandes entrées, « Se chercher, se construire », « Vivre en société, participer à la société », « Regarder le monde, inventer des mondes », « Agir sur le monde ». Chacune fait l'objet d'un questionnement spécifique par année. Le travail autour de ces différentes entrées s'appuie sur un corpus, indiqué ici, mais ne se limite pas à l'étude de textes ; il comprend aussi les activités d'écriture, d'oral et de travail sur la langue.
La lecture et la littérature sont des ouvertures sur le monde qui nous entoure, des suggestions de réponse aux questions que se pose l'être humain, sans oublier les enjeux proprement littéraires, spécifiques du français.
Grâce à ces questionnements, l'élève s'approprie les textes, les considère non comme une fin en soi mais comme une invitation à la réflexion, à la construction d'une culture commune, à l'éducation aux médias et à la découverte d'autres formes d'expression artistique (peinture et cinéma).
1. Se chercher, se construire
Se raconter, se représenter
  • Découvrir différentes formes de l'écriture de soi et de l'autoportrait.
  • Comprendre les raisons et le sens de l'entreprise qui consiste à se raconter ou à se représenter.
  • Percevoir l'effort de saisie de soi et de recherche de la vérité, s'interroger sur les raisons et les effets de la composition du récit ou du portrait de soi.
Indications de corpus :
  • Un livre relevant de l'autobiographie ou du roman autobiographique (lecture intégrale)
ou
  • Extraits d'œuvres de différents siècles et genres, relevant de diverses formes du récit de soi et de l'autoportrait : essai, mémoires, autobiographie, roman autobiographique, journaux et correspondances intimes, etc. Le groupement peut intégrer des exemples majeurs de l'autoportrait ou de l'autobiographie dans d'autres arts (peinture, photographie ou images animées – vidéo ou cinéma)
2. Vivre en société, participer à la société
Dénoncer les travers de la société
  • Découvrir des œuvres des textes et des images à visée satirique, relevant de différents genres et formes, et d'arts différents.
  • Comprendre les raisons, les visées et les modalités de la satire, les effets d'ironie, de grossissement, de rabaissement ou de déplacement dont elle joue, savoir en apprécier le sel et en saisir la portée et les limites.
  • S'interroger sur la dimension morale et sociale du comique satirique.
Indications de corpus :
  • Œuvres ou textes de l'Antiquité à nos jours, relevant de différents genres ou formes littéraires (particulièrement poésie satirique, roman, fable, conte philosophique ou drolatique, pamphlet)
et
  • Dessins de presse ou affiches, caricatures, albums de bande dessinées.
  • Extraits de spectacles, d'émissions radiophoniques ou télévisées, ou de productions numériques à caractère satirique.
3. Regarder le monde, inventer des mondes
Visions poétiques du monde
  • Découvrir des œuvres et des textes relevant principalement de la poésie lyrique du romantisme à nos jours.
  • Comprendre que la poésie joue de toutes les ressources de la langue pour célébrer et intensifier notre présence au monde, et pour en interroger le sens.
  • Cultiver la sensibilité à la beauté des textes poétiques et s'interroger sur le rapport au monde qu'ils invitent le lecteur à éprouver par l'expérience de leur lecture.
Indications de corpus :
  • Poèmes ou textes de prose poétique, du romantisme à nos jours, pour faire comprendre la diversité des visions du monde correspondant à des esthétiques différentes ; le groupement peut intégrer des exemples majeurs de paysages en peinture.
4. Agir sur le monde
Agir dans la cité : individu et pouvoir
  • Découvrir des œuvres et textes du xxe appartenant à des genres divers et en lien avec les bouleversements historiques majeurs qui l'ont marqué.
  • Comprendre en quoi les textes littéraires dépassent le statut de document historique et visent au-delà du témoignage, mais aussi de la simple efficacité rhétorique.
  • S'interroger sur les notions d'engagement et de résistance, et sur le rapport à l'histoire qui caractérise les œuvres et textes étudiés.
Indications de corpus :
  • En lien avec la programmation annuelle en histoire (étude du xxe, thème 1 « L'Europe, un théâtre majeur des guerres totales »), une œuvre ou une partie significative d'une œuvre portant un regard sur l'histoire du siècle – guerres mondiales, société de l'entre-deux-guerres, régimes fascistes et totalitaires (lecture intégrale).
  • Extraits d'autres œuvres appartenant à divers genres littéraires, ainsi que des œuvres picturales ou des extraits d'œuvres cinématographiques.
5. Questionnements complémentaires (un au moins par année, au choix)
Progrès et rêves scientifiques
  • S'interroger sur l'idée du progrès scientifique, cher au xixe, tantôt exalté et mythifié tantôt objet de répulsion ou de désillusion.
  • Poser la question des rapports entre les sciences et la littérature, notamment à travers des œuvres mettant en scène la figure du savant, créateur du bonheur de demain ou figure malfaisante et diabolique.
  • Interroger l'ambition de l'art à penser, imaginer voire anticiper le progrès scientifique et technologique.
Indications de corpus : Romans et nouvelles de science-fiction et des récits d'anticipation.
Textes et documents issus de la presse et des médias (articles de journaux ou de revues, enregistrements radio ou télévisés, médias numériques).
Questionnement libre

Enseignement transversal : l'histoire des arts
Enseignement de culture artistique transversal et codisciplinaire, l'histoire des arts, au cycle 4, contribue à donner à tous les élèves une conscience commune, celle d'appartenir à une histoire des cultures et des civilisations, inscrite dans les œuvres d'art de l'humanité. L'enseignement de l'histoire des arts travaille à en révéler le sens, la beauté, la diversité et l'universalité. L'histoire des arts est enseignée dans le cadre des arts plastiques et de l'éducation musicale, de l'histoire et de la géographie, du français (étude de grands textes littéraires, poétiques, critiques et dramatiques, de l'Antiquité à la période contemporaine, avec leurs transpositions cinématographiques ou leur mise en spectacle), des langues vivantes.
Exemples de thématiques
1. Arts et société à l'époque antique et au haut Moyen Âge
  • De la ville antique à la ville médiévale.
  • Formes et décors de l'architecture antique.
  • Les mythes fondateurs et leur illustration.
  • La représentation de la personne humaine.
2. Formes et circulations artistiques (IXe-XVe s.)
  • La question de l'image entre Orient et Occident : iconoclasme et discours de l'image.
  • Architectures et décors civils, urbains, militaires et religieux au Moyen Âge.
  • Les circulations de formes artistiques autour de la Méditerranée médiévale.
  • Musique et texte(s) au Moyen Âge.
  • Le manuscrit médiéval : matériaux, calligraphie, développement de l'écriture musicale et enluminure.
3. De la Belle Époque aux « années folles » : l'ère des avant-gardes (1870-1930)
  • Paysages du réel, paysages intérieurs.
  • Photographie, cinéma et enregistrement phonographique : un nouveau rapport au réel.
  • La recherche des racines dans un monde qui s'ouvre : primitivismes, écoles nationales et régionalismes.
  • Métropoles et spectacles nouveaux : jazz, cirque et music-hall.
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Partager sur Tweeter