Assistance scolaire personnalisée

un partenariat rue des écoles Maif
Lundi 20 février 2017. Bonjour S'inscrire gratuitement       > Se connecter
icone FicheFiche
Icône de rechercheRechercher

Méthodologie pour l'épreuve de français

Les thèmes d'étude définis par l'Éducation nationale : le programme
1. 
L'étude de la langue
a) Grammaire
Les types et les formes de phrase
L'analyse de la phrase (simple, complexe, non verbale) et de ses constituants
Les classes de mots
Les fonctions
La grammaire du verbe (conjugaisons, constructions, emplois des temps)
Initiation à la grammaire du texte (mots de reprise, caractérisation, etc.)
Initiation à la grammaire de l'énonciation (énonciation, paroles rapportées, modalisation)
Les signes de ponctuation : leur rôle et leur utilisation à bon escient
Les différences entre l'oral et l'écrit : formes, prononciation, syntaxe
b) Orthographe
Orthographe grammaticale (accord du verbe, de l'adjectif, du participe passé, etc.)
Orthographe lexicale (composition et dérivation, étymologie)
c) Lexique
Domaines lexicaux (champs lexical et sémantique)
Notions lexicales (polysémie, synonymie, terme générique, etc.)
2. 
La lecture
Elle s'articule autour de grands thèmes.
  • Se raconter, se représenter : autobiographie, roman autobiographique, journal intime, mémoires, etc.
  • Dénoncer les travers de la société : poésie satirique, roman, fable, conte philosophique ou drolatique, pamphlet (de l'Antiquité à nos jours) ; affiches, caricature, bande dessinée.
  • Visions poétiques du monde : poésie lyrique (du romantisme à nos jours).
  • Agir dans la cité : individu et pouvoir : œuvres et textes du xxe siècle appartenant à des genres divers et en lien avec les bouleversements historiques majeurs qui l'ont marqué (guerres mondiales, régimes fascistes ou totalitaires).
  • Progrès et rêves scientifiques : récits de science-fiction et d'anticipation.
3. 
L'étude de l'image
En classe de troisième, le professeur privilégie l'étude de l'image en relation avec les grands thèmes du programme. C'est la fonction argumentative de l'image qui est principalement développée, pour laquelle on peut analyser le fonctionnement de certaines publicités, de caricatures, d'œuvres picturales, cinématographiques ou télévisuelles.
Le professeur fournit aux élèves des outils d'analyse pour l'image fixe ou mobile ; il les fait réfléchir par exemple à la problématique de l'autobiographie et de l'autoportrait en peinture, du paysage en peinture ou dans la poésie…
4. 
Le croisement entre les enseignements
L'enseignement du français rencontre à tout moment les autres enseignements, notamment au sein des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires : langues anciennes, vivantes et régionales ; histoire, géographie, enseignement moral et civique ; arts plastiques et visuels. Les connaissances et les compétences acquises contribuent à la formation de l'élève et doivent être mobilisées au moment des épreuves du diplôme national du brevet (DNB), pour analyser les documents, mais aussi pour le travail d'écriture.
5. L'expression écrite
Récits autobiographiques, lettre fictive : à partir d'une situation d'énonciation définie, combinant la narration d'un événement et l'expression de sentiments.
Récits complexes : ayant pour cadre le monde réel ou imaginaire ; présentant une utilisation complexe de la chronologie ; insérant des passages descriptifs et des paroles rapportées directement ou indirectement ; présentant des changements de point de vue.
Résumé d'un texte narratif ou documentaire.
Écriture d'une scène tragique : en particulier, transposition d'un passage romanesque en scène de théâtre.
Textes poétiques favorisant l'expression de soi ; intégrant le souvenir d'une expérience personnelle ou d'un témoignage.
Rédaction d'un article de presse, par exemple une critique de film ou d'œuvre littéraire.
Écrit argumentatif : au collège, on exige seulement la présentation d'une prise de position étayée par quelques arguments et exemples ; ce type d'écrit sera développé au lycée.
Écrits d'entraînement au diplôme national du brevet (DNB).
L'organisation de l'épreuve
1. Durée
Les questions sur les documents sont traitées en 1 h. La dictée et la réécriture durent 30 minutes. Le travail d'écriture dure 1 h 30.
2. Exercices et barème
L'épreuve de français commence par les questions, notées sur 20 points.
Viennent ensuite la dictée, puis la réécriture, notées chacune sur 5 points. La partie « Travail d'écriture » est elle aussi notée sur 20 points.
Le jour de l'épreuve
Chaque partie est à rédiger sur une copie distincte : 1. Questions. 2. Dictée et réécriture. 3. Travail d'écriture.
1. Les questions
Lisez attentivementle texte littéraire et les documents qui, éventuellement, l'accompagnent (image, par exemple ; parfois, les documents d'histoire-géographie-enseignement moral et civique vous seront laissés). Puis lisez l'intégralité des questions avant de commencer à rédiger vos réponses. Le questionnaire fait appel à votre capacité d'interprétation et de réaction personnelle autour des documents. Toutefois, l'analyse peut demander une connaissance fine de certaines notions abordées depuis la sixième.
Observez bien le barème des questions : dans la dernière question de l'épreuve (sur plusieurs points), on attend souvent de vous un bilan de plusieurs lignes utilisant vos réponses précédentes et s'appuyant sur le texte et votre ressenti.
Certaines questions sont d'ordre lexical (vocabulaire) et grammatical (conjugaison, formation de mot, etc.). D'autres vous demandent de réfléchir et de réagir à votre lecture du texte littéraire et des documents, en justifiant votre point de vue. Dans ce cas-là, vous devez citer le texte entre guillemets, en indiquant la ligne à laquelle la citation figure dans le texte.
Définissez d'abord le type du texte ou d'image : s'agit-il d'une narration, d'une argumentation, d'une explication, d'une description ? S'agit-il d'une photographie, d'un dessin, d'une caricature, d'une affiche ? Attention, un même extrait de texte peut combiner différents types de texte.
Repérez, dans chaque question, le (ou les) mot(s) clé(s) qui vous indique(nt) quelles notions sont en jeu.
Appuyez-vous sans cesse sur le texte et l'image pour répondre aux questions : les citations vous permettent de justifier vos réponses.
Rédigez entièrement vos réponses avec concision et clarté, en respectant leur ordre : il est inutile de répéter dix fois la même chose sous des formes différentes juste pour « remplir » la page. Allez à l'essentiel.
2. 
La dictée et la réécriture
a) La dictée
Le texte est d'abord lu par le professeur, puis dicté, puis relu avec la ponctuation ; enfin, on vous laisse quelques minutes pour vous relire seul.
Écoutez attentivement le texte de la dictée en essayant d'en comprendre le sens général : s'agit-il d'une description de lieu, d'un portrait, du récit d'un événement ?
À quel temps le texte est-il rédigé ?
Repérez les liaisons : elles vous renseignent sur la terminaison de certains mots.
Pendant que vous écrivez, faites particulièrement attention :
  • aux terminaisons des verbes (quel est le sujet ? il est parfois séparé du verbe) ;
  • aux accords dans le groupe nominal (masculin ou féminin ? singulier ou pluriel ?) ;
  • aux homophones (et/ est ; ou/ où ; ses/ ces/ c'est/ sais ; etc.).
Ne perdez pas le fil de la dictée : si vous doutez de l'orthographe d'un mot, écrivez-le comme il vous vient à l'esprit. Vous y reviendrez pendant la relecture à la fin de la dictée. Si vous êtes perdu, sautez quelques lignes pour compléter à la relecture.
Pour vérifier l'orthographe de chaque mot, analysez méthodiquement le texte et demandez-vous, par exemple : quel est le sujet de ce verbe ?, avec quel nom cet adjectif s'accorde-t-il ?, cette forme verbale en [e] est-elle un participe passé ou un infinitif en -er ?, etc.
Relisez silencieusement le texte en faisant les liaisons : c'est un moment très important qui permet de corriger les points sur lesquels vous avez eu des doutes.
b) La réécriture
Lisez attentivement la consigne, afin de bien comprendre les contraintes que vous devez respecter : il peut s'agir, selon le cas, de changer le genre et le nombre d'un sujet, de modifier le temps d'un récit en respectant la concordance des temps, de changer l'ordre des mots, etc.
Bien souvent, la réécriture entraîne des changements d'accord, mais, attention, tous les mots ne changent pas nécessairement. Il y a en général entre 5 et 10 modifications à faire. Vous pouvez souligner ou surligner sur votre sujet les mots qui vous semblent devoir être modifiés.
Remarque : si la réécriture comporte deux consignes, ne produisez pas deux textes distincts, mais un seul texte qui tiendra compte de ces deux consignes.
3. Le travail d'écriture
Lisez attentivement les deux sujets proposés. L'un fait appel à votre imagination (invention), l'autre à votre réflexion. Choisissez celui dans lequel vous aurez plus d'aisance et qui n'est pas forcément celui que vous préférez (on attend une soixantaine de lignes d'écriture [une feuille recto-verso] en fin de troisième). Analysez le sujet de rédaction choisi avec précision, en surlignant les mots clés. Identifiez bien le (ou les) type(s) de texte à produire : narration, description, argumentation, explication. La rédaction est très souvent liée au texte de départ et parfois aussi aux documents ou aux thèmes du sujet d'histoire-géographie-enseignement moral et civique : relisez-les donc attentivement.
Dans le sujet d'invention, demandez-vous à quelle personne et à quels temps vous devez rédiger : une lettre doit être rédigée à la première personne ; ses temps de base sont le présent et le passé composé. Dans une suite de texte, le narrateur doit être le même que dans le texte de départ et le système de temps rester identique. Dans le récit d'une expérience personnelle, vous avez le droit d'inventer, mais tâchez de rester crédible.
Dans le sujet d'argumentation, cherchez des idées dans vos lectures, dans les films ou documentaires que vous avez vus ou étudiés, et utilisez aussi votre expérience personnelle et les connaissances acquises dans d'autres disciplines. Vous pouvez le plus souvent vous servir du texte de départ pour justifier un de vos arguments.
Dans le cas d'une argumentation, vous devez structurer votre rédaction en trois parties :
  • une courte introduction dans laquelle vous reformulez le sujet et donnez votre opinion (pour, contre, pour et contre) ;
  • un développement en plusieurs paragraphes (chaque paragraphe correspond à un argument et un exemple au moins) ;
  • une conclusion qui fait le bilan en quelques lignes de votre argumentation.
N'oubliez pas d'utiliser des mots de liaison pour structurer votre texte.
Ne rédigez pas l'intégralité de la rédaction au brouillon : vous risquez de manquer de temps. Contentez-vous de tracer les grandes lignes dans un plan détaillé. Vous pouvez aussi noter quelques formules que vous voulez employer. Gardez toujours une dizaine de minutes pour vous relire (pensez à apporter votre dictionnaire pour vérifier l'orthographe de certains mots).
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Partager sur Tweeter