Utiliser les signes de ponctuation forte

Les signes de ponctuation sont des signes écrits permettant d'ordonner le sens des phrases et des propositions. Il est très important de les utiliser pour être bien compris quand on rédige à l'écrit et de les connaître pour faire une bonne lecture d'un texte.
• Le point d'interrogation signale l'intonation interrogative. Il est suivi d'une majuscule.
Ex. : Où ai-je mis mes lunettes ? Je crains de les avoir perdues.
• Le point d'exclamation signale l'intonation exclamative. Il est suivi d'une minuscule après une interjection et d'une majuscule s'il termine une phrase.
Ex. : Hélas ! je les ai perdues. Comme je suis distraite ! J'ai dû les oublier chez le médecin.
• Les points de suspension marquent une hésitation ou une interruption. Ils sont suivis selon le cas d'une minuscule ou d'une majuscule.
Ex. : Paul, as-tu vu — Non, elles doivent être dans ton sac comme d'habitude !
• Le deux-points introduit une énumération, une explication ou des paroles. Dans ce dernier cas, il est suivi d'une majuscule.
Ex. : Elle me demande à tout bout de champ : « As-tu vu mes lunettes ? »
Vrai ou faux ?
1. Le point d'exclamation est toujours suivi d'une majuscule.
Cochez la bonne réponse.
vrai
faux
2. Les points de suspension marquent une hésitation ou une interruption.
Cochez la bonne réponse.
vrai
faux
3. Le point d'interrogation est toujours suivi d'une minuscule.
Cochez la bonne réponse.
vrai
faux
Le point d'exclamation est le plus souvent suivi d'une majuscule, sauf s'il précède une interjection (Hé ! Oh !…). Dans ce cas, il est suivi d'une minuscule. Quant au point d'interrogation, il est toujours suivi d'une majuscule.
Complète les phrases suivantes à l'aide du signe de ponctuation forte qui convient.
Écrivez les réponses dans les zones colorées.
1. Il a enfin reçu sa facture de téléphone
2. As-tu demandé à la voisine d'arroser nos plantes pendant les vacances 
3. Chéri, sais-tu où — Enfin, tu vois bien que je suis au téléphone ! Attends donc un peu 
1. La phrase est déclarative, donc on l'achève par un point.
2. La phrase est interrogative, d'où la présence d'un point d'interrogation à la fin.
3. La question de la première personne qui parle est interrompue par la réponse de son interlocuteur, d'où l'emploi de points de suspension.