Mers et océans : vecteurs essentiels de la mondialisation

Les océans recouvrent 71 % de la surface de la planète. La mondialisation, phénomène d'accélération des flux de toute nature, se mesure particulièrement à la surface des océans : en 2015, neuf milliards de tonnes de marchandises y circulaient, représentant 80 % du volume total des marchandises. Dans le monde, environ 50 000 navires de commerce naviguaient en 2012 : 40 % de pétroliers, 40 % de vraquiers et 15 % de porte-conteneurs. Ce commerce maritime apparaît comme une cible potentielle tout au long des xxe siècle et xxie  siècles : pour des belligérants dans le cadre des guerres entre États mais aussi pour des pirates qui y trouvent des produits et des équipages à rançonner. Si ces espaces particuliers que constituent les océans favorisent la mondialisation, ils sont aussi – parfois profondément – modifiés par ce processus.
Navire de pêche
Navire de pêche
© twildlife/iStock
I. Des espaces convoités pour leurs ressources
Les espaces maritimes contiennent des richesses très convoitées par les acteurs de la mondialisation, notamment les ressources halieutiques. Depuis les années 1990, la production aquacole est en plein essor, au point qu'en 2016 elle représentait 74 millions de tonnes, contre 93  millions de tonnes pour la pêche. Il existe 4,6  millions de bateaux consacrés à celle-ci dont 75 % en Asie, avec une flotte très largement constituée d'embarcations de petite taille. Néanmoins, la surpêche est une préoccupation majeure : selon la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture), une espèce de poissons sur trois est menacée d'extinction. L'usage de ces stocks biologiques se diversifie, par exemple, avec le développement de l'exploitation des algues et de leur culture pour approvisionner les industries pharmaceutiques et cosmétiques. La localisation de ces ressources se modifie également en raison des changements climatiques : ainsi, la conchyliculture est très sensible à un phénomène d'acidification des océans par absorption du CO2 et les stocks de poissons se déplacent vers le nord, là où les températures sont plus basses.
Les fonds marins sont également des espaces riches en ressources, notamment en hydrocarbures. L'off shore extrait près d'un tiers de la production mondiale de gaz et de pétrole mais son exploitation nécessite davantage d'investissements que l'exploitation terrestre, ce qui la rend plus sensible aux évolutions des cours du pétrole. La répartition est inégale dans les océans : la Norvège a largement investi dans l'exploitation de ces ressources, tout comme les entreprises américaines dans le golfe du Mexique. La mer Caspienne et l'Afrique de l'Ouest sont deux autres espaces majeurs d'exploitation pétrolière.
Des métaux sont également présents en grande quantité, notamment sous la forme de nodules polymétalliques riches en nickel et cobalt. Si leur exploitation est encore aujourd'huitechniquement coûteuse, la hausse des cours internationaux liée à la demande des pays émergents la rend de plus en plus rentable. Le sable constitue aussi une richesse, essentielle à des sociétés où le béton tient une large part. Son exploitation massive en Indonésie est pointée du doigt car elle alimente l'érosion et la disparition d'îles.
Offshore (éoliennes)
Offshore (éoliennes)
© CharlieChesvick/iStock
Enfin, la force des éléments est une source d'énergie potentielle. Le vent qui souffle souvent au-dessus de la mer est exploité grâce à des champs éoliens off shore. Au sein de l'Union européenne, 2 000 éoliennes off shore sont ainsi installées, un chiffre en constante augmentation, et 98 % de celles-ci le sont en mer du Nord, particulièrement propice à ce genre d'installation. De façon plus confidentielle mais avec un réel potentiel, l'utilisation des courants marins pour la production d'énergie est envisagée. La France en fut pionnière avec l'usine marémotrice de la Rance en Bretagne, utilisant la puissance des marées pour faire tourner ses turbines.
Exercice n°1
II. Les échanges de la mondialisation
Si 80 % de nos consommations passent par les mers et océans, elles sont canalisées sur de véritables autoroutes maritimes faisant l'objet d'une étroite surveillance. Reliant les grands ports de la mondialisation, ces routes se croisent parfois et empruntent des passages rendus obligatoires par la géographie. Les détroits sont ainsi des espaces particulièrement fréquentés par les navires de commerce. Malacca, Bab-el-Mandeb, Gibraltar et Ormuz sont autant de points névralgiques, où la libre circulation doit être assurée pour la bonne santé de l'économie mondiale. Ces passages à proximité des côtes ne sont pas sans danger. En 1978, l'Amoco Cadiz, un pétrolier, échoue sur les côtes bretonnes, provoquant l'une des plus grandes marées noires de l'histoire. La pointe bretonne, le Raz de Sein, était alors l'un des passages les plus fréquentés au monde. Pour éviter de nouvelles catastrophes, les plus gros navires doivent aujourd'hui contourner ce passage par l'ouest.
La mondialisation concerne également les flux illégaux qui empruntent la voie maritime. Les narcotrafics se déploient ainsi à l'échelle planétaire en tentant de dissimuler les drogues dans la masse des marchandises transportées. À la suite du renforcement des contrôles douaniers, aux frontières comme dans les ports, les trafiquants innovent. Les garde-côtes américains ont ainsi arraisonné plusieurs semi-submersibles transportant des centaines de kilos de drogue dans le golfe du Mexique.
D'autres flux illégaux prennent un visage tragique dans le cadre des routes migratoires, notamment au cours de tentatives de traversée de la Méditerranée depuis les côtes africaines vers l'Italie ou l'Espagne ou depuis la Turquie vers les îles grecques. D'après l'ONU, plus de 20 000 personnes, voyageant le plus souvent dans de frêles embarcations surpeuplées, sont décédées dans ce contexte. En 2013, un chalutier transportant 500 passagers fait ainsi naufrage au large de Lampedusa, provoquant la mort de 366 personnes.
Exercice n°3Exercice n°4
III. De nouveaux espaces maritimes ?
Les changements climatiques actuellement à l'ouvre ont des conséquences majeures pour l'espace maritime. Outre la montée des eaux qui devrait conduire à la submersion de certaines régions comme le delta du Mékong ou celui du Nil, les évolutions environnementales offrent de nouvelles perspectives au transport maritime. Autour du pôle Nord, la banquise ne cesse de se réduire, laissant les eaux libres pour la circulation des navires. Auparavant praticable uniquement l'été, le passage du Nord-Est, proche des côtes russes, a été pour la première fois emprunté par un porte-conteneurs danois en 2018, réduisant de treize jours le temps nécessaire pour relier la Northern Range à la façade maritime asiatique par rapport à la route empruntant le canal de Suez.
De plus, l'accroissement des réseaux d'informations mondiaux comme Internet, a mis l'accent sur la nécessité de développer des « autoroutes de l'information » sous la forme de câbles en partie sous-marins. 1,3 million de kilomètres de fibre optique sont ainsi installés au fond des océans.
Exercice n°7
Zoom sur…
La maritimisation du monde
La maritimisation est l'accélération et l'accroissement des échanges par voie maritime, qui a lieu surtout depuis les années 1970. Les causes en sont la diminution du coût des transports maritimes, obtenue grâce au gigantisme des navires et au développement des conteneurs. Révolution du transport, ces boîtes standardisées de six ou douze mètres s'adaptent à tous les types de transports, se superposent et peuvent être réfrigérées pour transporter des denrées alimentaires. Elles ont permis l'accélération des mouvements de marchandises. Le navire MSC Gülsün, construit en 2019, atteint un gabarit de 400 mètres de long sur 62 mètres de large, pour une capacité de transport de 23 756 conteneurs (2 300 dans les années 1970). Environ 20  millions de conteneurs sont simultanément sur mer, assurant une grande partie des échanges de produits manufacturés.
Les porte-conteneurs, pétroliers ou vraquiers, parcourent les routes maritimes, reliant entre eux les grands ports de l'économie mondiale. Ceux-ci dessinent des façades maritimes, espaces concentrant des ports qui font l'interface entre un avant-pays (foreland) maritime et arrière- pays (hinterland) terrestre, comme la Northern Range entre Dunkerque et Hambourg. Les plus grands ports du monde se situent en Asie. Ceux de Singapour, Shanghai, ou encore Rotterdam, en Europe, ont adapté leurs infrastructures pour accueillir les plus grands des bateaux. Le port en eau profonde de Shanghai est ainsi construit en 2005 pour accompagner le gigantisme des navires.
Exercice n°2Exercice n°5Exercice n°8
La littoralisation du monde
En parallèle de la maritimisation du monde, sa littoralisation s'accélère : les sociétés humaines se regroupent et concentrent leurs activités le long des littoraux. Se situer à proximité des points de débarquement des produits permet en effet une meilleure rentabilité. Le littoral est également un espace recherché pour le cadre de vie : des activités de loisirs et de tourisme s'y développent et des résidences secondaires s'y installent. Ainsi, sur les littoraux de la Méditerranée, la densité moyenne est passée de 100 hab./km2 en 1970 à 150 hab./km2 en 2000. Les pratiques récréatives se multiplient, certains territoires profitant d'attraits naturels pour une spécialisation, par exemple le surf à Hawaï ou Nazaré (Portugal). Les croisières se sont multipliées dans quelques espaces spécifiques, les Caraïbes et la Méditerranée, y assurant un développement économique mais soulevant aussi des questionnements sur leurs impacts environnementaux.
Néanmoins, les littoraux ne connaissent pas tous une évolution semblable, la mondialisation intégrant inégalement les territoires. Les investissements nécessaires pour créer les infrastructures accompagnant le gigantisme des navires sont considérables, d'un point de vue économique mais également écologique et social. Ainsi, le village de Doel en Belgique a été en partie détruit pour agrandir le port d'Anvers. Face à la contestation des habitants pendant plus de vingt ans, une partie du village a été préservée.
Exercice n°6Exercice n°1
Exercice n°1
Qu'appelle-t-on des ressources halieutiques ?
Cochez la bonne réponse.
A. les ressources liées aux hydrocarbures présents sous la mer
B. les ressources en nourriture issues des plantes marines, comme les algues, pour relever le défi alimentaire dans le monde
C. les ressources liées à l'exploitation de la géothermie sous-marine
D. les ressources liées à la pêche
E. les ressources liées au dessalement de l'eau de mer pour fournir les zones arides en eau potable
Ces ressources sont vitales pour l'alimentation humaine. Elles fournissent actuellement 85 millions de tonnes de nourriture à l'humanité chaque année.
Exercice n°2
Un hinterland correspond à…
Cochez la bonne réponse.
A. la zone de débarquement des conteneurs dans un port contemporain.
B. une étendue artificielle de terre gagnée sur l'eau.
C. l'espace de distribution des marchandises passées par un port ou une façade maritime.
Ce mot emprunté à l'allemand permet d'illustrer le fait que le port joue un rôle d'interface, de synapse.
Exercice n°3
Identifiez la ou les dénominations correctes :
Cochez la (ou les) bonne(s) réponse(s).
A. canal du Mozambique, canal de Gibraltar, canal de Suez, détroit du Panamà
B. détroit d'Ormuz, détroit de Gibraltar, canal de Suez, canal de Panamà
C. canal d'Ormuz, canal de Suez, canal de la Manche, détroit du Panamà
D. canal du Panama, canal de Suez, détroit d'Ormuz, détroit de Béring
Les détroits et canaux, qui mettent en communication deux étendues maritimes, constituent des points de passages stratégiques.
Exercice n°4
Quelle est la part du commerce mondial qui emprunte les espaces maritimes ?
Cochez la bonne réponse.
A. 50 %
B. 60 %
C. 70 %
D. 80 %
En 2015, neuf milliards de tonnes de marchandises circulaient sur les océans.
Exercice n°5
Quels sont les espaces mis en relation par une façade littorale ?
Cochez la bonne réponse.
A. un pays avec un continent
B. un arrière-pays avec un avant-pays
C. un espace dominant et un espace émergent
D. un hub et un cluster
E. un estuaire avec un océan
La situation d'interface d'une façade littorale lui permet de mettre en relation un arrière-pays au potentiel plus ou moins important avec un avant-pays qui peut être à l'échelle de la planète.
Exercice n°6
Comment appelle-t-on une zone industrielle localisée dans un port ?
Cochez la bonne réponse.
A. un espace de réindustrialisation
B. un hinterland
C. un arrière-pays
D. une interface
E. une zone industrielle portuaire
Les zones industrielles portuaires concentrent les industries chimiques et celles liées aux traitement et stockage des matières premières, tant énergétiques qu'agricoles. Elles voisinent avec les espaces de stockage et d'exportation des produits venant de l'arrière- pays et destinés à l'exportation.
Exercice n°7
Quelle est la première façade maritime mondiale ?
Cochez la bonne réponse.
A. la Northern Range
B. la façade d'Asie orientale
C. la façade pacifique
Les deux plus grandes routes transocéaniques partent de cette région.
Exercice n°8
Quel est le plus grand porte-conteneurs du monde ?
Cochez la bonne réponse.
A. le MSC Gülsün
B. le Rochambea u
C. le Hakone Maru
Il mesure près de 400 mètres de long et peut transporter plus de 23 000 conteneurs. LeHakone Maru, construit en 1968, est le premier porte-conteneurs de l'histoire