Assistance scolaire personnalisée

un partenariat rue des écoles Maif
Dimanche 23 septembre 2018. Bonjour S'inscrire gratuitement Se connecter
icone FicheFiche
Icône de rechercheRechercher

Anglais Terminale toutes séries générales et technologiques : le programme officiel

1. Contenu linguistique

• La plupart des objectifs linguistiques ont été établis en amont de la terminale. En conséquence, il conviendra essentiellement dans cette classe de consolider ces principes et de renforcer les acquis.
• L'approche contrastive mise en place en classe de première sera développée pour mettre en lumière à la fois les différences entre les systèmes linguistiques français et anglais et les différences entre écrit et oral. Il ne s'agit en aucun cas de présenter ces caractéristiques dans de longues séances de traduction ou de cours magistral, mais d'en faire percevoir le fonctionnement en contexte, dans le cadre des documents étudiés. C'est également dans ce cadre que l'on pourra, comme en seconde et en première, mener un travail de repérage et de réflexion sur les faits de langue (modaux, aspects, détermination…) qui concourent à l'élaboration du sens et à l'expression des idées.
• En classe de terminale, il convient de prendre en compte plus spécifiquement l'articulation entre discours écrit et discours oral, en insistant en particulier sur des activités de tranfert d'un code à l'autre. On pourra, par exemple, recourir à des produits intermédiaires tels que les échanges électroniques (courriels, chat) ou les dépêches d'agence de presse, afin de demander aux élèves d'aller soit vers une formulation orale complète, soit vers la construction d'un discours écrit.
• Sur le plan syntaxique, on approfondira le travail effectué les deux années précédentes, en privilégiant plutôt, à l'oral, la coordination, les adverbes (yet, though…), les relatives déterminatives, etc., et à l'écrit, la subordination, les relatives descriptives, etc.
• Sur le plan lexical, on privilégiera l'emploi d'un lexique d'origine anglo-saxonne à l'oral, et, singulièrement, celui de phrasal verbs, que l'on opposera à l'emploi de mots d'origine latine en langue écrite (give up, abandon – carry on, continue – put off, postpone, etc.). En raison de son rendement linguistique, l'utilisation de verbes simples (take, get, put, etc.), associés à toute une gamme de particules adverbiales, sera fortement valorisée tout en veillant à ce que les élèves ne fossilisent pas abusivement le sens de certaines combinaisons (« assieds-toi » ne se rend pas exclusivement par sit down, mais également par sit up, le cas échéant). D'une façon générale, il s'agit de systématiser l'emploi en anglais de verbes (souvent concrets) pour rendre ce que le français exprime par des noms abstraits.
• Sur le plan phonologique, enfin, on continuera d'insister d'une part sur l'importance, tant pour la compréhension que pour la production, des traits suprasegmentaux de l'anglais – accentuation, rythme et intonation – d'autre part sur la régularité accentuelle et graphophonématique qui caractérise la plupart des mots anglais. On notera de manière systématique les exceptions, souvent des mots très fréquents (politics, television, any, pretty, give, love, etc.). À travers l'utilisation de documents sonores et audiovisuels authentiques, on continuera également de faire remarquer les différences, notamment phonologiques, qui distinguent les nombreuses variétés d'anglais, à l'intérieur des Îles britanniques et de l'Amérique du Nord, mais aussi en Afrique, en Inde et en Australasie.

2. Contenu culturel

• Après avoir exploré successivement en classes de seconde et de première le vivre ensemble et les relations de pouvoir, il convient en classe terminale d'envisager les liens que l'aire anglophone entretient avec le reste du monde ainsi que les relations entre les différents groupes qui la composent. Le souci, affirmé dès le collège, de pouvoir appréhender le monde anglophone dans sa diversité et sa complexité, s'en trouvera renforcé.
• Le monde anglophone couvre un champ en perpétuelle expansion dont il est difficile de définir les contours. Cette expansion, à l'origine fruit de phénomènes économiques et politiques – notamment l'émergence des États-Unis comme superpuissance à la fin de la Seconde Guerre mondiale –, a pris une ampleur telle avec l'accélération du développement des technologies de l'information et la constitution d'un réseau mondial de communication (l'Internet) qu'elle échappe à présent à toute tentative de contrôle.
• Devenu une langue au statut international, l'anglais rivalise désormais dans certains pays avec la langue nationale, exerce sur celle-ci des influences diversement marquées, mais intègre en retour des apports externes. Ces derniers l'enrichissent et la dynamisent pour donner en final une langue en constante évolution avec des variations potentiellement infinies. Celles-ci devront être évoquées en classe terminale, mais l'enseignant aura toujours pour principe d'enseigner un anglais standard.
• Si la maîtrise d'une langue véhiculaire reste un objectif d'actualité pour la classe terminale, il importe également de continuer à percevoir l'anglais comme la langue d'une culture (voire de plusieurs cultures) pour saisir, à travers son étude, les spécificités du monde anglophone. Dans cette perspective, l'étude du « rapport au monde », qui alimentera le contenu culturel du programme de la classe terminale, pourra être conduite selon quatre axes principaux : identités, interdépendances, conflits, contacts des cultures.
Ceux-ci pourront être abordés à partir de documents variés, dont le choix incombe toujours à l'enseignant en fonction des objectifs qu'il s'est fixés et du groupe-classe avec lequel il travaille. Comme en seconde et en première, il ne s'agit en aucun cas de transformer la classe d'anglais en cours de civilisation, d'histoire ou d'économie, ni de délaisser l'immense réservoir littéraire des cultures de langue anglaise au profit de documents plus strictement factuels.
2. 1. Identités
a) Construction par identification
• Appartenance géo-politique : sous-continent indien ; relation spéciale États-Unis/ Grande-Bretagne.
• Appartenance socio-culturelle : East-Enders ; Chinatown ; romans de Malamud.
• Attitudes culturelles : humour anglais ; sport et patriotisme aux États-Unis.
• Comportements de groupes : fashion victims ; supporteurs de football.
• Symboles/marqueurs : cricket, baseball ; cuisine (curry take away).
• Personnages emblématiques : Reine Mère ; Nelson Mandela, James Bond…
b) Construction par rupture
• Avec un groupe économique ou culturel : ghettos ; punks ; Bend It Like Bekham.
• Stigmatisation linguistique : nerds/ joks ; straight/ gays ; Aussies, Yanks, Pakis.
• Stéréotypes : chapeau melon anglais, mangeurs de grenouilles.
• Attitudes culturelles : musique pop ; adolescents/ adultes : The Go-between, romans de Nick Hornby.
Nonsense : Lewis Carroll, Monty Python.
• Personnages emblématiques : Nehru, Michael Moore…
2. 2. Interdépendances
a) Interdépendances voulues
• Mondialisation : e-commerce, commerce équitable.
• Réseaux de communication : Eurostar, journaux en ligne, Encyclopedia Britannica.
• Développement de la généalogie (Mormons).
• Institutions : Unicef, WWF.
• Exploitation économique de ressources culturelles : tourisme irlandais.
• Délocalisations : Inde.
• Ouvrages de science-fiction, world music, Bollywood
b) Interdépendances imposées, refusées
• Alter-mondialisation : Seattle.
• Environnement : OGM, biodiversity.
• Protectionnisme/ unilatéralisme/ séparatisme : relations États-Unis/ ONU ; euroscepticisme anglais.
c) Interdépendances linguistiques : langage informatique ; franglais.
• Interdépendances culturelles : exception culturelle (cinéma).
• Personnages emblématiques : Ralph Nader, Arundhati Roy, Révérend Ian Paisley.
2. 3. Conflits
a) Types de conflit
• Expansion coloniale : Rule Britannia.
• Émeutes raciales : Brixton ; Los Angeles ; romans d'André Brink.
• Guerre froide ; guerre du Vietnam ; MASH ; romans d'espionnage.
• Conflits de territoires : The Untouchables, The Godfather.
• Désaccords financiers : barrières douanières (États-Unis/ roquefort).
• Représentations collectives : 11 septembre 2001.
• Personnages emblématiques : Reine Victoria, Al Capone…
b) Types de solution, de résolution
• Militaires : rôle des États-Unis dans les guerres mondiales.
• Négociations : accord du Vendredi Saint (Irlande) ; Indiens au Canada ; GATT.
• Attitudes culturelles : charities (Grande-Bretagne) ; Woodstock (États-Unis).
• Manifestations : droit de passage (Grande-Bretagne) ; mouvements pour les droits civiques (Irlande, États-Unis).
• Personnages emblématiques : Gandhi, Lawrence of Arabia…
2. 4. Contacts des cultures
• Exploration du monde/ aventures : Drake, Raleigh, Cook ; romans et nouvelles de Conrad, travel literature (Bill Bryson, Paul Theroux).
• Multiculturalisme : libertés religieuses ; Little Italy ; Toronto.
• Intégration : histoire des dénominations (de Negro à African-American) ; affirmative action ; présentateurs TV, sportifs, classe moyenne noire en Angleterre et en Afrique du Sud.
• Hybridité/métissage : romans de Tony Hillerman (Indien navajo), de Kasuo Ishiguro (Anglo-japonais) ; jazz-rap ; ebonics, Spanglish (Cormack Mac Carthy).
• Culture comme moyen de revendication ou de lutte : films de Spike Lee.
• Personnages emblématiques : Lewis and Clark, Johnny Clegg…
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Share
Partager sur Tweeter