I. La laïcité : les principes
• La laïcité recouvre plusieurs aspects. Elle caractérise d'abord le fait d'être neutre et indépendant vis-à-vis des religions ou confessions. Elle constitue aussi le principe par lequel l'État et les institutions religieuses sont séparés : l'un ne peut avoir de pouvoir sur l'autre.
• Dans une société laïque, aucune coutume religieuse ne peut être supérieure ou se substituer aux lois établies par l'État. Ainsi, chaque citoyen est, de fait, soumis à la même loi qu'il soit croyant ou non. La laïcité est donc avant tout fondée sur le principe de l'égalité. Inversement, quelle que soit l'opinion religieuse du croyant, celui-ci a l'assurance d'être traité à l'égal des autres citoyens.
• La laïcité est aussi une base de la liberté. Elle permet à chacun de croire ou de ne pas croire. Chaque citoyen a l'assurance de pouvoir pratiquer librement sa religion à la condition de se soumettre à la loi de l'État.
II. La laïcité : une brève histoire
• En France, la laïcité est associée à la IIIe République. Ce régime politique imposa d'abord l'école laïque par les lois de Jules Ferry (1882). Le but était de soustraire l'enseignement aux congrégations religieuses et à l'influence de la religion catholique. Dans le même temps, l'école laïque devait forger une culture et une éducation communes, pour tous les Français, indépendantes de leurs convictions religieuses.
• Une nouvelle étape est franchie par la loi de 1905. Celle-ci, à l'initiative du député Aristide Briand, entérine la séparation de l'Église et de l'État. Cette loi est fondatrice car elle définit et organise la laïcité en France.
• Les deux premiers articles en posent les principes. La république laïque assure la liberté de conscience et autorise l'exercice des cultes. Parallèlement, elle ne privilégie, ne salarie, ni ne subventionne aucun d'entre eux. La loi de 1905 rassemble donc les deux définitions de la laïcité : la neutralité de l'État vis-à-vis des religions, mais aussi l'affirmation de la liberté de conscience et de religion.
• Les institutions de l'État dialoguent avec les représentants des différentes religions organisées dans leurs propres structures, comme le CFCM pour l'islam, la Conférence des évêques de France pour l'Église catholique ou le CRIJF pour le judaïsme.
III. La laïcité en pratique aujourd'hui : l'exemple de l'école
• Un siècle après la séparation de l'Église et de l'État, la place occupée par les religions au sein de la République semble claire. La loi de 1905 fait consensus, mais la société évolue, et de nouvelles problématiques sont apparues au cours du siècle passé et notamment celle du port de signes religieux dans l'espace public.
• En 2004, une nouvelle loi a été promulguée. Afin de respecter l'école comme un lieu ouvert à toutes les croyances (ainsi qu'au fait de ne pas croire), mais aussi comme un lieu neutre religieusement, elle y interdit le port ostensible (visible) des signes religieux. Une dizaine d'années après l'entrée en vigueur de la loi, la question semble réglée.
• La problématique religieuse au sein de la République, laïque, demande à s'interroger de façon régulière. Ainsi, ces dernières années, les tribunaux ont-ils été confrontés à la question religieuse dans les cantines : le droit à un repas respectant les principes de telle ou telle religion est-il compatible avec la laïcité ? Les opinions continuent de s'affronter.
En quelle année une des lois de Jules Ferry rend-elle l'école laïque ?
Cochez la bonne réponse.
1870
1882
1914
La loi du 22 mars 1882 parachève le projet de Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique, de rendre l'école gratuite et obligatoire.
Quelle est la définition la plus proche du terme « laïcité » ?
Cochez la bonne réponse.
Les religions sont interdites dans l'espace public.
État et religion sont indépendants l'un de l'autre.
Les croyances et religions ne sont pas reconnues par l'État.
La laïcité constitue le principe par lequel l'État et les institutions religieuses sont séparés : ils n'ont pas de pouvoir l'un sur l'autre.
En France, la loi de 1905 impose :
Cochez la bonne réponse.
la séparation de l'Église et de l'État
la liberté religieuse
l'école laïque
L'école publique est laïque depuis 1882 et les lois de Jules Ferry. La liberté religieuse est affirmée dans la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen depuis 1789. Si la loi de 1905 réaffirme la liberté religieuse, elle impose la séparation de l'Église et de l'État.
Lequel de ces États est aussi un état laïque ?
Cochez la bonne réponse.
la Turquie
les États-Unis
le Royaume-Uni
Depuis 1924, la Turquie est un État laïque. Si les États-Unis et le Royaume-Uni garantissent la liberté de culte et de conscience, la référence à un dieu, ou un « être suprême », est présente dans leur devise nationale. (God save the queen au Royaume-Uni ; in God we trust aux États-Unis d'Amérique).