Consulter la méthodologie

1. La dissertation

Selon les instructions officielles, « la dissertation consiste à conduire une réflexion personnelle et argumentée à partir d'une problématique littéraire issue du programme de français. Pour développer son argumentation, le candidat s'appuie sur les textes dont il dispose, sur les objets d'étude de la classe de première, ainsi que sur ses lectures et sa culture personnelle. »
1. 1. Lire le corpus de textes
• Quel que soit le sujet que vous décidez de traiter, vous disposez d'un corpus de textes qui ont nécessairement un lien entre eux : vous devez donc vous demander ce qui les rapproche (problématique, thèmes évoqués, genre, registre, etc.) et ce qui les distingue. Lisez-les très attentivement et n'oubliez pas d'étudier soigneusement le paratexte (nom de l'auteur, titre, date, introduction éventuelle, etc.).
• La dissertation est sans doute le sujet où ces textes pourront immédiatement être mis à profit. En effet, ils vous fourniront un certain nombre de pistes de réflexion, d'arguments et d'exemples que vous pourrez réutiliser dans votre devoir.
1. 2. Analyser le sujet
• Surtout, quand vous abordez un sujet de dissertation, faites-le autant que possible sans idée préconçue. Posez-vous vraiment la question formulée par le sujet. S'il s'agit d'une citation, mobilisez vos connaissances sur son auteur, l'œuvre dont elle est issue, etc.
Arrêtez-vous sur chaque terme du sujet et demandez-vous ce qu'il implique. Par exemple, la question « dans quelle mesure… » n'appelle pas le même type de réponse que la question « pourquoi » ; l'expression « peut-on vraiment dire » invite à se demander qui « dit » cela et pourquoi, etc. Interrogez-vous sur ce que l'on attend de votre devoir : s'agit-il de réfuter une thèse ? de la discuter ? de la soutenir ?
• Dès la lecture du sujet, notez au brouillon les idées qui vous viennent immédiatement à l'esprit : vous les retravaillerez ensuite, en écarterez sûrement certaines, mais cette première approche vous permettra de solliciter rapidement vos ressources.
1. 3. Construire le plan
• On distingue principalement trois types de plan :
  • le plan dialectique, qui confronte différentes thèses, avant de donner un avis personnel ; ce plan est nécessaire dans les sujets du type Pensez-vous que... ?, Quel est votre point de vue... ?, Dans quelle mesure peut-on dire que... ?, etc. ;
  • le plan thématique qui organise un raisonnement à l'appui d'une thèse, tentant d'en dégager tous les aspects de façon cohérente ; ce plan doit être utilisé pour répondre à des questions comme Qu'est-ce que... une œuvre engagée... un dénouement réussi... ?, ou bien Montrez que..., etc. ;
  • le plan comparatif qui met en parallèle deux thèmes ou deux concepts tout au long du devoir et s'achève sur une synthèse qui peut, selon le cas, mettre en évidence les ressemblances, les différences ou proposer un dépassement.
• Quel que soit le plan choisi, il doit être construit selon une progression logique : votre dissertation doit suivre un fil conducteur qui vous mène à une conclusion. À l'issue de l'élaboration du plan, toutes vos idées doivent avoir trouvé leur place dans une partie. Ne laissez rien au hasard de la rédaction, vous perdriez du temps.
1. 4. Rédiger l'introduction
• Une introduction se construit en trois étapes : amener le sujet, dégager la problématique, annoncer le plan. Pour amener le sujet, vous devez le resituer dans son contexte (histoire littéraire, évolution d'un genre, événements historiques, etc.). L'important dans cette étape est de montrer que le sujet a un intérêt, qu'il ne sort pas de nulle part. Par conséquent, les phrases trop vagues et générales (du type « de tous temps, les hommes… ») sont à proscrire absolument. Il vous faut ensuite citer la phrase du sujet : s'il s'agit d'une citation un peu longue, vous pouvez la tronquer à condition d'en conserver les mots essentiels.
Dégager la problématique revient à montrer en quoi la question posée par le sujet donne matière à réfléchir et ne va pas forcément de soi. Cette étape doit vous permettre d'orienter le devoir, d'indiquer dans quel sens va progresser votre argumentation. Le plus souvent, on peut formuler la problématique sous forme d'une ou plusieurs questions.
• Enfin, vous devez annoncer votre plan, en mettant l'accent sur les articulations logiques entre les différentes parties.
1. 5. Rédiger le développement
• Tout d'abord, l'organisation générale du développement doit montrer que votre dissertation est cohérente et progresse : par conséquent, chaque partie ou sous-partie doit s'achever sur une transition qui récapitule brièvement ce qui vient d'être dit et fait le lien avec la partie suivante.
• Ensuite, il est important d'illustrer chaque idée par des exemples tirés de votre expérience de lecteur et d'élève. Attention, l'exemple ne remplace pas un argument : il vient seulement étayer votre propos. De plus, il doit être assez concis et présenté uniquement en fonction de l'idée qu'il sert (il est ainsi inutile de raconter toute l'histoire de L'Assommoir pour montrer que le roman réaliste se veut le reflet d'un milieu social). Si vous choisissez d'introduire des citations (tirées, par exemple, du corpus de textes proposé), veillez à bien leur attribuer un auteur, à les mettre entre guillemets, à les retranscrire à la lettre et à signaler par des crochets ([…]) tout passage supprimé.
• Enfin, votre rédaction doit être soignée : les correcteurs seront très attentifs à la syntaxe et à l'orthographe. Pensez également à aérer votre devoir en sautant des lignes.
1. 6. Rédiger la conclusion
• La conclusion est peut-être la dernière étape de la dissertation, mais ce n'est pas la moins importante. C'est sur cette note finale que le correcteur restera. Il est conseillé de rédiger au brouillon la conclusion, avant même de commencer le développement. Vous saurez ainsi dès le départ où vous souhaitez aboutir.
• La conclusion a une double fonction : d'une part récapituler le chemin parcouru en mettant l'accent sur ce que vous avez démontré ou sur l'opinion personnelle que vous avez développée ; d'autre part, élargir le sujet, par exemple en évoquant une autre œuvre du même auteur, un courant littéraire qui s'est opposé par la suite à celui dont vous avez parlé, etc. Mais la conclusion ne doit jamais vous servir à ajouter, à la dernière minute, une idée dont vous avez oublié de parler dans votre dissertation.