Personnage romanesque et vision(s) du monde

Le roman est la création d'un univers qui fonctionne comme un reflet du monde réel. Même lorsque ce reflet est déformé, même lorsque le récit semble se dérouler dans un espace ou un temps qui n'ont rien à voir avec les nôtres, le lecteur effectue entre l'univers de l'œuvre et son propre univers des « allers-retours » qui mènent à une réflexion sur notre monde.
Le roman, recréant une société d'hommes avec ses qualités et ses défauts, est ainsi porteur d'une ou plusieurs « visions du monde » – qui se transmettent au lecteur par le biais des personnages, des relations entre personnages et narrateur, mais aussi grâce à d'autres éléments du tissu romanesque.
1. Le personnage, porteur d'une vision du monde
Un personnage de roman est en quelque sorte « plus que lui-même ». Le héros, pivot de l'œuvre, acquiert un statut qui est davantage que celui d'un simple individu. Il peut alors, dans le roman, être le vecteur d'une conception du monde :
• Le protagoniste, au travers de son parcours, devient peu à peu le symbole d'une qualité (positive ou non) : il incarne une vertu ou un vice, ou une façon de se positionner par rapport au monde. Certains héros deviennent ainsi des « types », au point que leur nom peut donner naissance à un terme désignant un comportement ou une vision du monde. On parlera par exemple du « bovarysme ».
• Un héros romanesque peut également révéler une vision du monde lorsque son itinéraire est à l'image de celui de tout un groupe. Lantier, dans Germinal, représente ainsi les mineurs, la classe ouvrière : son mode d'existence, son combat offrent au lecteur la possibilité de considérer la société selon un angle particulier, celui des opprimés.
• Le personnage peut également être le symbole d'une cause à défendre. Il rassemble alors des hommes autour de lui, réunis par une même vision du monde, et s'oppose éventuellement à ceux pour qui cette vision est inopérante. Dans La Peste, le docteur Rieux estime qu'il n'y a qu'une seule attitude possible : lutter contre la maladie, soulager la souffrance et combattre la mort. Il est rejoint par un certain nombre de personnages, tandis que d'autres préfèrent se replier sur eux-mêmes : deux visions du monde se dessinent ainsi.
2. Le personnage, à la croisée de plusieurs visions du monde
Comme nous venons de le souligner, le personnage est rarement seul dans un roman. De fait, le roman ne délivre pas un « message » simpliste et univoque, mais permet au contraire une confrontation de perspectives.
• L'exemple de La Peste est à cet égard éclairant : Rieux, incarnant la lutte contre le fléau, rencontre un journaliste qui, lui, est prêt à tout pour quitter la ville où la peste s'est déclarée, et rejoindre sa bien-aimée. Pour ce jeune homme, l'amour est plus important que la solidarité avec les habitants. Mais Rieux ne le condamne pas. Les deux perspectives sont ainsi données au lecteur, comme deux choix personnels, engageant deux modes de comportement et deux visions du monde. Dans Les Liaisons dangereuses, Laclos met en scène des personnages libertins, qui considèrent que le seul mode d'être possible est l'individualisme et la recherche du plaisir, dans la plus grande liberté. Ces personnages sont condamnés à la fin du roman, leur vision du monde est réprouvée. Toutefois, le lecteur, sans les prendre pour modèles, ne peut s'empêcher d'éprouver à leur égard (et à celle de leur conception de la société) une certaine fascination.
• De plus, chaque personnage est un « composé », il possède de multiples facettes : si le romancier ne se contente pas de caricatures, mais qu'il construit au contraire un personnage riche, celui-ci sera sensible aux situations différentes qu'il rencontrera, ses réactions ne seront pas toujours prévisibles. Certes, on peut considérer Rastignac comme un ambitieux, désireux de s'élever dans l'échelle sociale, mais il est aussi l'être compatissant qui consacre du temps au père Goriot. Dans Les Misérables, Jean Valjean est celui qui lutte contre les préjugés et vient en aide aux plus démunis, le père rêvé pour Cosette, mais il est également celui qui ne supporte pas d'être « dépossédé » de sa fille adoptive lorsque celle-ci tombe amoureuse : son amour paternel est à la fois admirable et abusif.
• En outre, cette complexité est encore amplifiée par le « duo » que forment le romancier avec ses personnages. Ni le narrateur, ni le romancier, ne sont forcément en accord avec les visions du monde portées par les personnages : l'ironie de Flaubert, dans L'Éducation sentimentale, fait éclater aux yeux du lecteur l'aspect illusoire de la conception du monde de Frédéric Moreau.
Le romancier peut également critiquer la société dans laquelle il place ses personnages : dans Une Vie, de Maupassant, l'héroïne (anti-héroïne) Jeanne se trouve confrontée à la violence de son mari, à la cruauté d'une société de classes, sans pouvoir trouver d'autre « remède » que sa maternité. L'auteur, ici, ne juge pas forcément son personnage – mais il délivre une vision du monde pessimiste en décrivant « objectivement » une vie ordinaire.
3. Le personnage au service d'une œuvre : le roman comme vision du monde
Les visions du monde qui s'expriment à travers un roman sont portées, non seulement par les personnages et le narrateur, mais également par tous les motifs entrecroisés dans une œuvre littéraire : le roman existe par les mots et la réflexion autant que par ses personnages.
• Le roman peut interroger les modes de connaissance et les croyances d'une époque. À la fin du xixe siècle, Zola (et tout le mouvement naturaliste) s'inspire de la biologie et des sciences expérimentales : tout en critiquant la société, il montre par là qu'il est en accord avec une vision « scientifique » et progressiste du monde.
À l'inverse, la littérature romanesque du début du xxe siècle met en doute cette notion de progrès. Céline s'inscrit en faux contre la vision du monde selon laquelle l'homme serait capable de maîtriser ses inventions et ses connaissances.
Dans une écriture différente, le roman noir (apparu à la fin du xviiie siècle, et encore vivant aujourd'hui) rejette l'idée selon laquelle la transparence et la vérité nous seraient accessibles. Dans ces œuvres, les zones d'ombre entourent les personnages, faisant du monde un labyrinthe obscur et effrayant.
• L'œuvre peut également être porteuse d'une réflexion philosophique, débouchant soit sur un constat lucide (et parfois pessimiste) soit sur une révolte. Toute l'œuvre romanesque de Maupassant est ainsi porteuse d'une philosophie pessimiste, qui voit en l'homme un prédateur égoïste. À l'inverse, Malraux, dans L'Espoir comme dans La Condition humaine, révèle la faculté d'union et de solidarité des hommes. Il ne nie pas le malheur ni la souffrance, mais considère que des liens fraternels peuvent lier des individus pourtant uniques et différents les uns des autres.
• Enfin, le roman peut être une vision du monde, non pas au sens politique ou philosophique, mais au sens esthétique du terme. Une œuvre est faite de mots autant que de personnages, de rythmes et de sons, autant que de thèmes. Cet entrecroisement des motifs et de l'écriture permet de transmettre au lecteur un autre regard sur le monde. Certains romans laissent ainsi une empreinte en nous par leurs descriptions, ou par l'imaginaire qu'ils nous offrent : Le Grand Meaulnes (Alain-Fournier), Aurélia (Gérard de Nerval), Au Château d'Argol (Julien Gracq), ou encore La Recherche du temps perdu (Marcel Proust) sont autant d'exemples d'œuvres dans lesquelles le monde est transformé par un regard. Le lecteur est invité à se déplacer légèrement, à faire un pas de côté pour considérer, plus qu'une « vision du monde », un monde re-vu.
Qui est l'auteur de la citation suivante : « Un type, dans le sens qu'on doit attacher à ce mot, est un personnage qui résume en lui-même les traits caractéristiques de tous ceux qui lui ressemblent plus ou moins, il est le modèle du genre. » ?
Cochez la bonne réponse.
Honoré de Balzac
Chateaubriand
Émile Zola
Honoré de Balzac s'exprime ainsi dans la préface de son roman Une ténébreuse affaire. Certains personnages d'auteurs comme Émile Zola ou Honoré de Balzac sont si exemplaires d'un milieu donné qu'ils en deviennent des « types ».
Étienne Lantier, l'un des héros du roman Germinal d'Émile Zola :
Cochez la (ou les) bonne(s) réponse(s).
mène la grève des mineurs jusqu'à la victoire.
est embauché pour pousser les wagonnets dans une mine de charbon.
est contremaître dans un atelier de chemin de fer, à Lille.
a été influencé par les écrits d'Adam Smith.
est interprété par Renaud dans le film éponyme de Claude Berri.
Renvoyé de l'atelier de chemin de fer où il était ouvrier, Étienne Lantier part chercher du travail dans le bassin minier, où il est embauché pour pousser des wagonnets. Influencé par ses lectures et ses rencontres, il s'intéresse au socialisme et à l'anarchisme, et rêve d'une société plus juste. Lorsque la direction de la mine décide d'une baisse de salaire arbitraire, Étienne Lantier pousse les ouvriers à se révolter et à faire grève. La direction ne cède pas, la grève se durcit et les soldats se mettent à tirer sur les manifestants. Le mouvement échoue et se termine dans le sang.
Dans La Peste d'Albert Camus, Rieux :
Cochez la (ou les) bonne(s) réponse(s).
est médecin à Marseille.
pousse les autorités municipales à mettre la ville en quarantaine, pour éviter la propagation de l'épidémie.
aide Rambert, un journaliste parisien, à traverser les barrages pour rejoindre sa compagne restée à Paris.
parvient à organiser les secours et à juguler l'épidémie en quelques jours.
L'action du roman La Peste se situe à Oran, alors que les habitants découvrent des milliers de cadavres de rats. Bientôt les hommes tombent malades à leur tour, d'un mal violent et mortel que personne ne comprend. Le docteur Rieux finit par découvrir qu'il s'agit de la peste et pousse les autorités municipales à fermer la ville pour éviter que l'épidémie ne s'étende. Il comprend que Rambert veuille quitter la ville pour retrouver sa compagne restée à Paris, mais il lui refuse son aide. L'épidémie poursuit sa progression, semant la mort sur son passage, redoublant même avec les chaleurs estivales. Au final, elle aura duré près d'une année.
Eugène de Rastignac :
Cochez la (ou les) bonne(s) réponse(s).
est un personnage de Balzac, qui apparaît notamment dans Le Père Goriot et Illusions perdues.
est un jeune homme doux et réservé, sans ambition ni volonté.
est l'amant de Delphine de Nucingen.
devient banquier aux côtés du mari de son amante.
reste pauvre toute sa vie.
Le personnage imaginé par Balzac est un jeune homme ambitieux, voire arriviste. Le baron de Nucingen avec lequel il travaille lui ouvre les portes du monde dans lequel il rêvait d'entrer. Plus tard, alors même qu'il a quitté sa maîtresse, le baron l'aide à gagner beaucoup d'argent de manière frauduleuse : son ascension est fulgurante.
Lequel de ces romans n'est pas l'un des précurseurs du roman noir ?
Cochez la bonne réponse.
Les Mystères de Paris (Eugène Sue)
Une ténébreuse affaire (Balzac)
Le Comte de Monte-Cristo (Alexandre Dumas)
Le Comte de Monte-Cristo est plutôt considéré comme un roman d'aventure.
Lequel de ces romans n'est pas d'André Malraux ?
Cochez la bonne réponse.
La Voie royale
L'Exil et le Royaume
La Condition humaine
L'Espoir
L'Exil et le Royaume est une œuvre d'Albert Camus.
Que peut-on dire de l'excipit d'Une Vie, de Guy de Maupassant ?
Jeanne, après une vie faite de désillusions (conjugales, maternelles...), reçoit une lettre de son fils. Cet enfant gâté, pour qui sa mère a tout fait mais qui a répondu à cet amour par un égoïsme toujours plus grand, lui annonce qu'il a eu un enfant, et que sa compagne est morte. Jeanne accepte de s'occuper de sa petite-fille.
« Alors une émotion infinie l'envahit. Elle découvrit brusquement la figure de l'enfant qu'elle n'avait pas encore vue : la fille de son fils. Et comme la frêle créature, frappée par la lumière vive, ouvrait ses yeux bleus en remuant la bouche, Jeanne se mit à l'embrasser furieusement, la soulevant dans ses bras, la criblant de baisers. Mais Rosalie, contente et bourrue, l'arrêta. « Voyons, voyons, madame Jeanne, finissez ; vous allez la faire crier. » Puis elle ajouta, répondant sans doute à sa propre pensée : « La vie, voyez-vous, ça n'est jamais si bon ni si mauvais qu'on croit. » »

Cochez la bonne réponse.
Cette fin de roman est extrêmement nuancée et laisse au lecteur la liberté de sa propre interprétation.
Cette fin de roman est tranchée. Maupassant ne propose qu'une piste d'interprétation et elle est résolument optimiste, le personnage principal reprenant espoir grâce à cet enfant.
Cette fin de roman laisse entrevoir un avenir radieux pour le personnage principal.
  • Le personnage principal, malgré tout ce qu'elle a subi, retrouve avec cette enfant une forme de douceur et d'espoir. La vie s'exprime de façon presque animale, sous la forme d'une émotion brute qui submerge l'héroïne et la fait passer de l'apathie dans laquelle elle se tenait (apathie due à une série ininterrompue de déceptions) à une joie presque exagérée. On peut estimer alors que le roman livre une vision du monde moins pessimiste que ne le laissait croire l'ensemble des chapitres précédents : la vie se propage, la naissance d'un être vient redonner chaleur et espoir.
  • Cependant, la violence même avec laquelle Jeanne « crible » de baisers sa petite-fille peut préfigurer un recommencement de l'histoire. On peut supposer que la grand-mère élèvera l'enfant avec le même amour démesuré — et peut-être avec les mêmes conséquences.
  • Enfin, le romancier laisse les derniers mots à Rosalie, la servante : des mots qui sont un cliché, une sagesse populaire de la mesure — et tout se passe comme si l'auteur s'effaçait, affirmait renoncer à une « leçon » autre que celle des dictons.
  • Ainsi, la vision du monde dans cet excipit est-elle complexe. Le personnage principal semble affirmer l'espoir ; la description de son comportement nuance cet optimisme ; et le romancier se retranche derrière un constat dérisoire, laissant le lecteur décider de sa propre conception.