Coopération cellulaire

© Inserm
Coopération cellulaire - illustration 1
Le schéma résume certains des contacts entre cellules immunocompétentes nécessaires à la coopération cellulaire lors des réactions immunitaires acquises. Cette coopération est indispensable à la sélection et à la multiplication des lymphocytes.
Le schéma montre ainsi qu'à la suite de la phagocytose d'un antigène par un macrophage, réaction innée car les macrophages peuvent phagocyter les antigènes sans aucune spécificité, les macrophages expriment à leur surface des déterminants antigéniques (épitopes) qui seront reconnus par des cellules immunitaires spécifiques comme les lymphocytes.
Seuls les lymphocytes spécifiques sont en mesure de reconnaître un épitope donné (immunité acquise). Il faut noter en outre que la reconnaissance et la liaison de l'antigène par le lymphocyte n'est possible que si l'antigène est présenté par le macrophage associé aux molécules du complexe majeur d'histocompatibilité (CMH). Enfin, le système immunitaire est doué de mémoire car des lymphocytes spécifiques se forment lors de la rencontre avec un antigène et ont une longue durée de vie. Lorsqu'un antigène est reconnu par un lymphocyte mémoire, le déclenchement de la réaction immunitaire est plus rapide et son intensité plus grande (réponse secondaire), ce qui est mis à profit dans la vaccination.
© 2000-2020, rue des écoles