Hybridome

© Inserm
Hybridome - illustration 1
Les nombreuses applications médicales et biotechnologiques des anticorps résultent de leur très grande spécificité. Un lymphocyte donné et tous ses descendants, des clones lymphocytaires, ne fabriquent qu'un seul type d'anticorps, étroitement spécifique du motif moléculaire qu'il reconnaît dans un antigène. Aussi, le milieu de culture d'un clone de lymphocytes ne contient qu'un seul type d'anticorps.
Toutefois, la durée de vie de ces cellules est courte et on a eu l'idée de les faire fusionner avec des cellules tumorales dont les divisions ne cessent jamais. Ces hybridomes, dont les deux cellules fusionnées restent en partie distinctes, comme on le voit sur la photographie prise au microscope électronique à balayage, ne cessent jamais de se diviser et de produire un anticorps monoclonal qui reconnaît une molécule déterminée et s'y lie avec une spécificité très étroite. Comme on peut marquer les anticorps de différentes manières et les fixer à divers supports, de multiples applications pratiques en découlent.
Dans la vaccination, on fait produire par l'organisme des anticorps en administrant un antigène inoffensif.
© 2000-2019, rue des écoles