Jonction neuro-musculaire

© Inserm
Jonction neuro-musculaire - illustration 1
Les neurones comportent de nombreux prolongements afférents, les dendrites, mais un seul prolongement efférent, l'axone. Toutefois, ce dernier se ramifie le plus souvent en de nombreuses branches qui peuvent établir des contacts synaptiques avec plusieurs cellules différentes.
Sur le cliché pris en microscopie optique, on distingue nettement la plaque motrice, c'est-à-dire la zone où le nerf moteur (en sombre) établit des contacts synaptiques avec la fibre musculaire. Dans le muscle, paralysé expérimentalement, on observe un phénomène de bourgeonnement nerveux.
Le motoneurone constitue la voie finale commune de la motricité somatique, c'est-à-dire qu'il commande la contraction des fibres musculaires en fonction des informations qui lui parviennent. On appelle unité motrice l'ensemble constitué par un motoneurone alpha et l'ensemble des fibres musculaires qu'il innerve.
© 2000-2020, rue des écoles