La prise de la Bastille (imagerie d'Orléans)

© J.-L. Charmet
La prise de la Bastille - illustration 1
Le 14 juillet 1789, la prison de la Bastille, symbole de l'arbitraire royal, est prise par la milice bourgeoise et le peuple parisiens. Cet événement suit plusieurs semaines de tensions liées à l'augmentation du prix du pain et aux menaces que font peser les régiments royaux massés autour de Paris ; on craint en effet que le roi use de la force contre la population et contre les députés de l'Assemblée nationale constituante.
Cependant, à l'issue de cet événement, Louis XVI capitule et se rend dans la capitale où il arbore la cocarde tricolore (le blanc, la couleur du roi, le bleu et le rouge les couleurs de la ville).
Dans les campagnes françaises, des troubles éclatent également, les paysans se révoltent pendant la Grande peur. Cette agitation provoque l'inquiétude des députés qui proposent d'abolir les privilèges pour rétablir le calme. Le décret d'abolition des privilèges est voté la nuit du 4 août, marquant la fin de l'Ancien Régime.
© 2000-2019, rue des écoles