La dissection : une avancée dans l'histoire de la médecine

Bientôt les troubles de la guerre m'obligèrent de rentrer à Louvain, où, depuis dix-huit ans, les médecins n'avaient même plus songé à l'anatomie.
Pour me rendre utile aux étudiants de l'Université et me perfectionner moi-même dans une branche très peu connue, mais selon moi, avant tout autre nécessaire à l'ensemble de la médecine, j'exposai la structure de l'organisme humain, en illustrant mon cours de dissections.
André Vésale, De la construction du corps humain, 1543

Considéré comme le fondateur de l'anatomie moderne, André Vésale (1514-1564) est resté célèbre pour ses dissections. Il fut l'un des premiers à les pratiquer alors qu'elles venaient tout juste d'être autorisées par l'Église.
À l'époque, en effet, les connaissances médicales s'appuyaient alors à la fois sur les traités de médecine de l'Antiquité et sur l'observation des animaux ; la théorie dite « des humeurs » (liquides produits par l'organisme tels que le sang, la bile, la sueur) semblait pouvoir expliquer toutes les maladies. Pourtant, bon nombre de savants (Ambroise Paré, Michel Servet), à l'instar de Vésale, se mirent à pratiquer l'observation du corps humain pour faire progresser la médecine.
© 2000-2019, rue des écoles