Sujet national, seconde partie, exercice 1, juin 2016

Énoncé

Sujet d'étude : Une ville mondiale : Londres
Document 1
Tourisme : Londres détrône Paris
« « En 2013, encore plus de visiteurs se sont bousculés dans les allées du British Museum, première attraction de Londres, de la Tate Modern ou de la National Gallery. Ils se sont envolés dans les cabines de la grande roue London Eye ou dans les sombres couloirs de la Tour de Londres. Une affluence record permet aux dirigeants de la ville d'espérer pouvoir annoncer, ce jeudi, qu'en franchissant la barre des 16 millions de touristes étrangers, la capitale britannique aurait détrôné Bangkok et Paris en tête des villes les plus visitées sur la planète. Si les critères peuvent diverger, Paris avait accueilli 15,9 millions d'étrangers en 2012. New York se classe en quatrième position.
La mairie de Londres lie directement ce regain d'intérêt à un « effet Jeux olympiques ». Un cercle vertueux, qui parvient à éviter la tendance des villes olympiques à constater une désaffection l'année suivante. Au contraire, Londres affichait une hausse de fréquentation de 8 % au premier semestre. Dans l'ensemble du pays, les arrivées d'étrangers ont bondi de 11 % sur les neuf premiers mois de l'année, à près de 25 millions de personnes.
« L'image de Londres a changé grâce aux JO, estime Kit Malthouse, maire adjoint de la ville. Les gens ont vu une ville belle, ouverte, vibrante, au-delà des clichés habituels sur la reine et le gin Beefeater. » Les touristes londoniens proviennent en grande majorité d'Europe, devant l'Amérique du Nord et le reste du monde. Ceux venant de Chine, d'Inde ou du Moyen-Orient représentent une large part de la croissance constatée. Mais la politique de visas restrictive du gouvernement Cameron freine le développement de cette clientèle, au détriment de Paris. C'est pourquoi, sur pression des milieux d'affaires et du lobby touristique, le ministère de l'Intérieur a accepté d'assouplir sa pratique pour les Chinois.
Ces visiteurs dépensent beaucoup : 5 milliards de livres (6 milliards d'euros) sur les six premiers mois de 2013, en hausse de 12 %. Le West End, quartier du shopping, des restaurants et des théâtres, pèse économiquement plus que la City, et davantage que tout le secteur agricole britannique.
Chez London & Partners, l'agence de promotion de la capitale, on se félicite d'un « feel good factor » post-olympique et post-jubilé royal, prolongé par l'engouement autour de la naissance du prince George, la victoire d'Andy Murray à Wimbledon et des expositions événements comme « Pompéi » au British Museum ou « David Bowie » au Victoria & Albert. Facteur exceptionnel contribuant à l'attrait de la capitale britannique : les touristes ont en plus pu profiter d'un été magnifique. » »
Source : Le Figaro, article de Florentin Collomp, publié le 16 janvier 2014, www.lefigaro.fr.

Document 2
Londres à la confluence de trois systèmes d'échanges
Sujet national, juin 2016, seconde partie, exercice 1 - illustration 1
Source : « Le Dessous des cartes », magazine de géopolitique écrit et présenté par Jean-Christophe Victor et diffusé sur Arte. Capture d'écran : http://ddc.arte.tv/nos-cartes/londres, 28 octobre 2015.
Questions
1. D'après le document 1, identifiez les atouts de Londres pour se hisser « en tête des villes les plus visitées sur la planète ».
2. Pourquoi l'auteur compare-t-il le quartier de West End à la City ?
3. À quels éléments du document 1, le document 2 peut-il être rattaché ? Justifiez votre réponse.
4. Montrez que Londres est une ville mondiale.

Corrigé

1. L'attractivité touristique de Londres résulte en premier lieu du riche patrimoine dont dispose la ville. Ce patrimoine diversifié permet d'attirer des touristes aux profils différents, des amateurs de vieilles pierres (référence à la tour de Londres) aux fans de pop music (référence à l'exposition consacrée à David Bowie). Par ailleurs, la ville a bénéficié de la formidable exposition médiatique internationale qu'ont constituée les Jeux olympiques de 2012 dont elle a été l'hôte.
2. Traditionnellement, lorsque l'on évoque la puissance économique de Londres, on pense à la City, le quartier d'affaires qui réunit la bourse et les grandes institutions financières. Pourtant, l'auteur de l'article nous apprend que le quartier de West End, qui concentre les principaux pôles touristiques de la ville, génère plus de chiffre d'affaires annuel que le quartier d'affaires.
3. Le document 2 permet d'expliquer le rayonnement mondial de Londres dont traite le document 1. Il nous rappelle en effet que Londres bénéficie d'un rayonnement à plusieurs échelles qui garantit son attractivité. D'abord, la ville est au cœur de l'Europe, qui demeure son principal pourvoyeur de touristes. Ensuite, des liens historiques, linguistiques et culturels très forts l'unissent aux Etats-Unis dont la prospérité rejaillit sur le Royaume-Uni en général et sur Londres en particulier. Enfin, l'héritage de l'empire britannique qui dominait le monde au xixe siècle garantit à Londres une influence globale, notamment en Asie du Sud.
4. La ville de Londres peut être qualifiée de ville mondiale en ce qu'elle est connue et attractive dans le monde entier, comme en témoigne les millions de touristes qui s'y pressent chaque année. Par ailleurs, son quartier d'affaires de la City est l'un des principaux pôles de commandement de la finance mondiale. Cette dimension mondiale est également visible dans la population de Londres, puisque c'est l'une des villes les plus cosmopolites de la planète : s'y côtoient des populations venues du monde entier, et notamment de l'ancien empire britannique.