Reconnaître et analyser des paroles rapportées


Fiche

Dans un texte, en particulier dans un récit, on est souvent amené à rapporter des paroles d'un ou plusieurs personnages. On a le choix entre le discours direct et le discours indirect.
• Quand on rapporte les paroles comme elles ont été prononcées, en faisant référence à la situation d'énonciation d'origine, on produit du discours direct.
Celui-ci se caractérise par une ponctuation particulière : deux-points, guillemets, tirets.
Il advint un jour que le père voulut se rendre à la foire. Il demanda à ses filles ce qu'il devait leur rapporter :
« Mais toi, Cendrillon, que désires-tu ? dit-il.
– Père, le premier rameau qui, sur le chemin du retour, heurtera votre chapeau, cueillez-le moi. »
Dans un récit, on appelle dialogue les paroles des personnages rapportées au discours direct. Leur présence rend le récit plus vivant.
• À l'inverse du discours direct, le discours indirect est intégré au récit initial.
  •  Il ne comporte aucune marque de la situation d'énonciation dans laquelle les paroles rapportées ont été dites.
  •  Deux-points, guillemets et tirets disparaissent. Les paroles sont rapportées dans des subordonnées complément d'objet, commandées par des verbes de déclaration ou d'interrogation.
Le père de Cendrillon demanda à sa fille ce qu'elle désirait. La jeune fille répondit qu'un rameau lui suffirait.
Au discours indirect, les paroles ne sont pas toujours rapportées fidèlement ; elles sont souvent résumées par le locuteur.
• Quand les paroles sont à ce point condensées qu'elles ne sont plus traduites que par un mot ou une expression appartenant au vocabulaire de la parole, on a du discours raconté (ou discours narrativisé).
Le père de Cendrillon interrogea sa fille sur ses désirs. Elle lui exprima ses vœux.
© 2000-2020, rue des écoles