Texte de Jules Supervielle, analyse de l'image (sujet zéro, 2013)


Énoncé

Texte
Le Voyage difficile
« À Christian Sénéchal.

Sur la route une charrette,
Dans la charrette un enfant
Qui ne veut baisser la tête
Sous des cahots surprenants.
 


La violence de la route
Chasse l'attelage au loin
D'où la terre n'est que boule
Dans le grand ciel incertain.
 


Ne parlez pas : c'est ici
Qu'on égorge le soleil.
Douze bouchers sont en ligne,
Douze coutelas pareils.
 


Ici l'on saigne la lune
Pour lui donner sa pâleur,
L'on travaille sur l'enclume(1)
Du tonnerre et de l'horreur.
 


« Enfant cache ton visage
Car tu cours de grands dangers.
– Ne vois-tu pas, étranger,
Que j'ai un bon attelage. »
 


Garçons des autres planètes
N'oubliez pas cet enfant
Dont nous sommes sans nouvelles
Depuis déjà très longtemps.  »
Jules Supervielle, Le Forçat innocent, extrait de Mes légendes, 1930.

Travail sur le texte littéraire
Toutes vos réponses devront être rédigées.
Compréhension et compétences d'interprétation
1. 
Dites en une phrase ou deux ce que raconte le poème.
Relisez le poème et relevez les informations essentielles : personnages (un enfant, le narrateur), lieux (la route, le grand ciel), conditions du voyage (cahots, incertain, grands dangers, etc.). Interrogez-vous : que devient l'enfant ? Pourquoi ?
Rédigez le résumé de l'histoire en une ou deux phrases complexes : utilisez la subordination et/ou la coordination.
2. 
Voici le résumé d'une autre histoire, racontée par Ovide dans les Métamorphoses au ier siècle. Quels points communs voyez-vous entre cette histoire et celle de l'enfant du poème ?
« Phaéton était le fils du Soleil et d'une nymphe de l'Océan. Un de ses compagnons le met au défi de prouver qu'il est bien le fils du Soleil. Phaéton se rend alors au palais du Soleil pour lui demander la preuve qu'il est bien son fils. Le Soleil jure de lui accorder tout ce qu'il voudra pour qu'il n'en doute plus. Phaéton réclame alors le droit de conduire le char du Soleil toute une journée. Horrifié, car aucun mortel n'était assez puissant pour dompter les chevaux qui tirent son char, le Soleil tente de dissuader son fils. Mais Phaéton ne veut pas écouter les supplications de son père. Lié par son serment, ce dernier se résigne à le conduire devant le char éblouissant, prêt à partir au lever de l'Aurore. Les chevaux fougueux s'élancent, mais comme le Soleil l'avait prévu, Phaéton perd le contrôle de l'attelage : le char commence à suivre une course désordonnée et dévaste le ciel et la terre. Jupiter foudroie alors Phaéton et arrête la course du char. »

Lisez attentivement le texte d'Ovide. Comparez les deux textes. Repérez et relevez les points communs : par exemple, personnages, lieux, etc. Proposez au moins trois points communs.
3. 
Le titre du poème est « Le Voyage difficile ». Pourquoi ? Justifiez votre réponse en vous appuyant sur le texte.
Repérez et relevez les mots exprimant la difficulté du voyage (conditions, dangers). Expliquez pourquoi ce voyage est difficile en résumant l'histoire de l'enfant.
4. 
Si vous deviez porter un jugement sur l'enfant du poème, quels adjectifs utiliseriez-vous ? Proposez deux adjectifs qui vous paraissent convenir.
Interrogez-vous. Quels sont les défauts et les qualités de l'enfant ? Votre regard sur lui est-il positif, négatif ou les deux ? Choisissez deux adjectifs qui qualifient cet enfant.
5. 
Dans les strophes 3 et 4, le poète emploie différentes images pour parler des astres et des constellations :
a) Relevez au moins trois de ces images.
b) Dites quels sont leurs points communs et ce qu'elles évoquent.
a) Définition de « image » : ressemblance entre deux éléments, deux réalités que l'on rapproche. Relisez ces deux strophes. Où se trouve l'enfant à ce moment-là ? Relevez au moins trois éléments du paysage évoqués de façon imagée.
b) Expliquez les points communs entre ces images. Par exemple, le poète évoque le tonnerre en le rapprochant des coups de marteau du forgeron sur son enclume (cf. le dieu Vulcain). Il exprime ainsi la peur, la menace.
6. 
Selon vous, pourquoi le poète écrit-il : « Garçons des autres planètes / N'oubliez pas cet enfant » ? Expliquez votre réponse.
Interrogez-vous sur les raisons qui ont poussé le poète à s'adresser aux garçons. Qu'est-ce qui, dans le comportement de l'enfant et de Phaéton (question 2) justifierait ce choix ? Quels sont les défauts de ces deux garçons, que l'on retrouverait chez tous les garçons ? Il existe plusieurs réponses car la question est ouverte. Cependant, justifiez toujours votre réponse.
Grammaire et compétences linguistiques
1. 
« […] c'est ici / Qu'on égorge le soleil./ […] Ici l'on saigne la lune » 
Dans les strophes 3 et 4, « ici » désigne :

Vrai
Faux
La terre


L'espace


La charrette


Le ciel



Rappel : « ici » désigne le lieu où l'on est. Relisez les strophes 1 à 4. Définissez l'endroit où se trouve l'enfant à ce moment de son voyage. Où se trouvent le soleil et la lune dont parle le narrateur ?
2. 
a) Relevez les verbes à l'impératif.
b) Dans la strophe 5, qui emploie l'impératif et pourquoi ?
a) Rappel : un verbe à l'impératif se conjugue, sans pronom personnel, seulement à la 2e personne du singulier (plonge), ainsi qu'aux 1re et 2e personnes du pluriel (plongeons, plongez). Repérez et relevez toutes les formes verbales correspondant à cette définition.
b) Interrogez-vous. Qui parle à l'enfant ? Est-il clairement nommé ? Pensez au genre de ce texte pour répondre.
3. 
« Enfant cache ton visage
Car tu cours de grands dangers. »

a) Réécrivez ces deux vers en commençant par « Enfants… ».
b) Réécrivez le même passage au discours indirect et en prose en commençant par « L'étranger dit à l'enfant… »
a) Commencez par modifier les verbes, le pronom personnel et le déterminant possessif en les adaptant au sujet pluriel « enfants ».
b) Cette question nécessite d'utiliser le discours indirect. Celui-ci se construit de façon différente si les paroles rapportées sont une interrogation, une phrase déclarative ou un ordre adressé à l'impératif. Observez attentivement les paroles à transformer puis effectuez toutes les modifications nécessaires (verbes, pronom personnel et déterminant possessif).
Dictée
« Phaéton demanda le char de son père et le droit de guider, un seul jour, ses chevaux ailés. Le soleil regretta son serment et dit : « Ce que tu exiges est une mission importante, qui ne convient ni à tes forces, ni à un enfant de ton âge. Aucun dieu ne peut, excepté moi, s'asseoir sur le char qui répand la flamme. Même Jupiter ne saurait le conduire. Au début, la route est raide, et mes chevaux, bien reposés le matin, peuvent à peine la gravir ; au milieu du ciel, sa hauteur est immense : vues de là-haut, la mer et la terre me font souvent trembler moi-même. La dernière partie est une pente rapide ; elle demande un guide expérimenté. Et pourras-tu lutter contre le tourbillon des astres et vaincre la force qui les fait tourner ? La route est semée de pièges et remplie de monstres effrayants. » »
D'après Ovide, Métamorphoses, Livre II.

Rédaction
Vous traiterez au choix l'un des deux sujets de rédaction suivants.
Votre texte fera au moins deux pages (soit une cinquantaine de lignes).
Sujet d'imagination
Un groupe d'enfants s'apprête à faire une expérience risquée. L'un d'entre eux essaie de convaincre les autres de renoncer à cette expérience. Vous raconterez la scène.
Procéder par étapes
Étape 1. Lisez attentivement le sujet. Repérez et soulignez les mots-clés : « un groupe d'enfants », « expérience risquée », « l'un d'entre eux », « convaincre de renoncer ».
Étape 2. Repérez et encadrez la forme du texte à produire : « vous raconterez la scène ». Il faut donc respecter :
  • le genre du récit : cadre spatio-temporel, personnages, progression de l'histoire (projet d'expérience risquée), description, dialogue (scène) ;
  • la rédaction à la 3e personne du singulier, au passé composé ou au passé simple et à l'imparfait (faits rapportés, description), au présent (dialogue) ;
  • l'effet à produire du discours d'un des personnages : convaincre de renoncer ;
  • le nombre de pages imposé (« deux pages »).
Étape 3. Trouvez des idées : projet d'expérience risquée (où ? quoi ? quand ? qui ?), déclenchement de la mise en garde (avertissement du danger, risques, conséquences possibles), sentiments et réactions des personnages (peur, lucidité, entêtement, inconscience, etc.), décision (échec ou réussite de l'argumentation ?).
Étape 4. Établissez le plan de votre rédaction :
  • mise en place du cadre de l'expérience risquée (lieu, moment, personnages) ;
  • déclenchement de l'argumentation : qui veut faire renoncer ? Pourquoi ? ;
  • dialogue (discours direct) : prise de conscience des risques, échange d'arguments, de réactions, de sentiments ;
  • dénouement : l'expérience risquée est-elle tentée ? Oui/non.
Étape 5. Rédigez votre texte en formant des paragraphes pour les différentes parties. Respectez la forme du dialogue intégré dans un récit : ponctuation, guillemets, retours à la ligne.
Étape 6. Relisez-vous.
Sujet de réflexion
Pensez-vous qu'il soit préférable de laisser les enfants vivre toutes les expériences qui les tentent, ou au contraire qu'il est nécessaire de poser des limites à leurs envies ? Vous donnerez votre réponse dans un développement argumenté et organisé.
Procéder par étapes
Étape 1. Lisez attentivement le sujet. Repérez et soulignez les mots-clés : « les enfants », « laisser vivre toutes les expériences qui les tentent », « poser des limites à leurs envies ». Le thème est la liberté et ses limites.
Étape 2. Repérez la forme du texte à produire : « Pensez-vous… ? ». Vous présenterez votre réflexion sur le thème en « un développement organisé et argumenté ». Il faut donc respecter :
  • le genre argumentatif : le développement organisé, avec sa progression, ses analyses et ses arguments, ses exemples ;
  • le temps de l'argumentation : le présent et les temps qui s'articulent avec lui ;
  • la composition en parties et paragraphes.
Étape 3. Définissez votre point de vue, votre réponse, votre thèse : quelle attitude est préférable ? Une liberté totale des enfants ou l'instauration de limites ?
Thèse 1. Oui, il faut laisser les enfants vivre toutes les expériences qui les tentent. Trouvez au moins trois arguments et exemples pour défendre cette thèse (par exemple, les jeunes d'aujourd'hui sont informés et donc assez expérimentés, mûrs pour mesurer les risques, les dangers de certaines expériences).
Thèse 2. Non, il ne faut pas laisser les enfants vivre toutes les expériences qui les tentent. Trouvez au moins trois arguments et exemples pour défendre cette thèse (par exemple, l'inexpérience, la naïveté des enfants les exposent à des risques ou des dangers qu'ils ne soupçonnent même pas).
Étape 4. Trouvez d'autres idées et arguments pour défendre la thèse choisie : la faiblesse psychologique des enfants, leur fragilité, l'excès d'information, l'insouciance de la jeunesse, les dangers d'une éducation trop permissive, etc.
Étape 5. Établissez le plan de votre argumentation.
  • L'introduction présente le thème et pose la question. Passez une ligne avant le développement.
  • Le développement expose votre point de vue, soutenu par au moins trois arguments et trois exemples. Un paragraphe développe un argument. Défendez votre thèse en utilisant des modalisateurs de certitude (assurément, j'affirme, incontestablement…) ou de nuance (peut-être, sans doute, emploi du conditionnel, mais, certes…), des figures de style comme l'hyperbole, l'énumération, les fausses questions (ou questions rhétoriques) ou le vocabulaire positif, mélioratif pour affirmer votre point de vue. Passez une ligne avant la conclusion.
  • La conclusion rappelle que vous avez répondu à la question posée en dressant un bilan rapide.
Étape 6. Rédigez en matérialisant les parties (sauts de ligne, retours à la ligne).
Étape 7. Relisez-vous.
(1)Enclume : masse de fer sur laquelle on bat le métal pour lui donner la forme souhaitée.

Annexes

© 2000-2022, rue des écoles