La Méditerranée médiévale : espace d'échanges et de conflits à la croisée de trois civilisations

Au Moyen Âge, la Méditerranée est partagée entre trois grandes civilisations. Celles-ci se définissent par leur religion et par le pouvoir politique qui s'y exerce. Il s'agit de la chrétienté d'Orient, avec l'Empire byzantin, de la chrétienté d'Occident, avec les États d'Europe occidentale, et du monde musulman. Ces trois aires de civilisation connaissent des conflits, mais entretiennent également des rapports commerciaux et culturels. Toutes trois recueillent également les héritages de l'Antiquité.
I. Trois aires de civilisation
1. L'Empire byzantin et le christianisme orthodoxe
• L'Empire byzantin est issu du partage de l'Empire romain entre Orient et Occident par Théodose en 395. L'Empire romain d'Occident disparaît en 476, remplacé par des royaumes barbares, mais l'Empire romain d'Orient survit, avec sa capitale, Constantinople, jusqu'à sa chute face aux Turcs ottomans en 1453. Ce nom d'Empire byzantin trouve son origine en Byzance, cité grecque où Constantin fonda la nouvelle capitale. Cet empire est marqué par l'usage de la langue grecque, la plus diffusée dans la partie orientale de l'Empire romain.
• Le pouvoir est exercé à Constantinople par le basileus, nom grec donné à l'empereur. Celui-ci, nommé par l'armée, dispose d'un pouvoir absolu. Il fonde son pouvoir sur la religion chrétienne, qui le reconnaît comme « lieutenant du Christ sur la Terre ». À ce titre, il nomme le patriarche de Constantinople, principale autorité religieuse de l'Empire. Celle-ci regroupe les chrétiens d'Orient, qui partagent la foi de l'empereur.
• À partir du viiie siècle, les oppositions grandissent entre chrétiens d'Occident et ceux placés sous l'autorité du patriarche de Constantinople. On prend alors l'habitude de désigner ces derniers sous le nom d'« orthodoxes ». Ils se distinguent des chrétiens catholiques, qui sont sous l'autorité du pape de Rome, essentiellement sur des questions d'autorité et de rites.
2. La civilisation de l'Occident chrétien
• La civilisation de l'Occident chrétien marque les États issus de la chute de l'Empire romain d'Occident. Au xiie siècle, ceux qui s'ouvrent sur le monde méditerranéen sont essentiellement le royaume de France, le Saint-Empire romain germanique et les États italiens dont le royaume de Naples et les États de l'Église, dirigés par le pape. À la différence de l'Empire byzantin, on trouve donc ici plusieurs royaumes, la reconstitution d'un empire romain d'Occident par Charlemagne (800) n'ayant pas été durable.
• L'unité de l'Occident est donc essentiellement religieuse, l'ensemble des croyants étant sous l'autorité du pape. Celui-ci possède, à partir du xie siècle, le droit de couronner l'empereur du Saint-Empire romain germanique. Ce grand pouvoir est source de conflit avec les souverains, qui veulent jouir d'une plus grande autonomie.
• À partir de l'an mille, l'Occident est marqué par la féodalité. Le roi est à la tête d'une pyramide sociale fondée sur des rapports de fidélité, garantis par l'obtention d'un fief, donné par le seigneur à son vassal. La société s'organise autour de l'idée d'une tripartition entre trois ordres : le clergé, qui prie, les guerriers, qui constituent la noblesse, et ceux qui travaillent, dont l'ensemble sera plus tard appelé tiers état.
3. La civilisation musulmane
• La civilisation de l'Islam apparaît en 622 avec le début de l'Hégire, exil de Mohamed à Médine. Elle est caractérisée par la concentration des pouvoirs politiques et religieux entre les mains du calife, successeur du prophète de l'islam, Mohamed, chef religieux, politique et militaire.
• À la fin de la conquête musulmane, au viiie siècle, l'empire dirigé par les souverains arabes possède des territoires importants sur les rives de la Méditerranée, à l'ouest, au sud et à l'est. Au sein de ces espaces demeurent d'importantes minorités juives et chrétiennes, qui sont à la fois protégées et discriminées, à travers le statut de « gens du Livre ».
• Plusieurs dynasties de succèdent à la tête de l'Empire. Tout d'abord les Omeyyades, puis les Abbassides, avant qu'il n'éclate entre plusieurs États et ne soit envahi par les Turcs à partir du xiie siècle.
Exercice n°1Exercice n°2Exercice n°3
II. La Méditerranée : un espace de conflits
1. Des fractures au sein des civilisations
• Plusieurs conflits marquent l'espace méditerranéen médiéval. Certains sont internes aux différentes civilisations. Ainsi, au sein de l'Islam, une fracture religieuse et politique intervient dès 658 au sujet de la succession du Prophète en tant que calife. Après plusieurs batailles, un schisme intervient entre les partisans d'Ali, gendre et cousin du Prophète, et ceux des Omeyyades, les compagnons d'armes de Mohamed. Les premiers sont qualifiés de chiites, les seconds de sunnites. Si les califes omeyyades puis abbassides sont sunnites, on voit apparaître ensuite certains États dirigés par les chiites, comme l'Égypte, où la dynastie fatimide est au pouvoir de 969 à 1171.
• La chrétienté d'Orient, quant à elle, est déchirée de 726 à 843 par la crise iconoclaste. Une partie des orthodoxes considère en effet que le culte des images n'est pas fondé, alors que pour une autre l'image est acceptée non comme une idole mais comme une icône, simple reflet de la réalité spirituelle qu'elle représente. L'affaire devient politique et conduit à une situation de guerre civile. La crise s'achève par la victoire des partisans des icônes.
• En Occident, à partir du xiie siècle, l'Église est confrontée à des hérésies, c'est-à-dire des croyances différentes des siennes, comme celle des cathares dans le sud de la France, ou des vaudois, dans la vallée du Rhône.
2. Les conflits entre civilisations
• Les conflits existent également entre civilisations. Entre chrétiens d'Orient et chrétiens d'Occident, plusieurs facteurs de division existent. Les Byzantins ne reconnaissent pas le fait que le pape puisse nommer un empereur en Occident. En 1054, le schisme d'Orient consomme la rupture entre l'Église orthodoxe et l'Église catholique.
• Entre l'Islam et les deux civilisations chrétiennes, les conflits commencent avec la conquête menée par Mohamed et ses successeurs. Dès le viie siècle, les musulmans, au nom de la guerre sainte servant à propager l'islam, conquièrent de vastes territoires dépendant de l'Empire byzantin, comme la Syrie et l'Égypte, et de la chrétienté occidentale, comme l'Afrique du Nord, la Sicile et l'Espagne.
• À partir de la fin du xie siècle, les croisades créent un nouveau type de conflit en Méditerranée. En 1009, le calife Al-Hakim fait raser les églises de Jérusalem. En 1078, il est interdit aux pèlerins chrétiens de venir se recueillir dans la ville, considérée comme sainte à la fois par les juifs, les chrétiens et les musulmans. En Occident, en 1095, le pape Urbain II prêche la croisade : une expédition militaire pour prendre Jérusalem, accordant la rémission des péchés à ses participants, appelés « croisés ». En 1099, Jérusalem est prise. Les croisés établissent sur les rives orientales de la Méditerranée des États latins, dirigés par des seigneurs venus d'Occident et adoptant le système féodal. Huit croisades se succèdent jusqu'en 1270. En 1147, la deuxième croisade est prêchée par Bernard de Clairvaux, un moine fondateur de l'ordre cistercien, un des plus rigoureux et ascétique. Cette croisade est un échec, les croisés ne parvenant pas à prendre Damas. En 1187, Jérusalem est reprise par les musulmans commandés par Saladin, mais les chrétiens obtiennent la garantie du libre accès au pèlerinage sur les lieux saints.
• La dynamique des croisades nourrit également la reconquête de l'Espagne entreprise par les États chrétiens du nord de la péninsule face aux États musulmans installés au viiie siècle. En 1212, la bataille de Las Navas de Tolosa permet aux chrétiens de l'emporter. Entre la fin du xiiie siècle et 1492, un seul royaume musulman demeure en Espagne, celui de Grenade.
• Les croisades ont également été marquées par des affrontements entre chrétiens. En effet, avant la conquête musulmane, les territoires occupés par les États latins appartenaient à l'Empire byzantin. L'empereur de Byzance se méfie des ambitions territoriales des chrétiens d'Occident. En 1182, les Occidentaux présents à Constantinople sont massacrés lors d'une émeute. En 1204, la quatrième croisade, qui aurait dû aller reprendre Jérusalem aux musulmans, pille Constantinople. Un empereur latin est installé sur le trône et la république de Venise prend le contrôle économique de l'Empire. Toutefois, en 1261, les Byzantins rétablissent un pouvoir orthodoxe. Mais l'Empire, affaibli, est désormais fragile face à la menace turque.
III. La Méditerranée médiévale : un espace d'échanges
1. Les échanges économiques
• La Méditerranée médiévale constitue également un espace intense d'échanges et de rencontres culturelles. Du point de vue commercial, des routes permettent les échanges des productions venant d'Orient et celles venues du Nord. Ainsi, la route « des Grecs aux Varègues » permet les échanges entre la Scandinavie et le monde byzantin. Elle est également empruntée par les missionnaires grecs orthodoxes, comme Cyrille et Méthode, pour aller convertir les peuples slaves, tels les Russes en 948.
• Les produits orientaux, comme l'encens, les épices ou les soieries, transitent essentiellement par le monde musulman, puis par Constantinople. Toutefois, dès le xie siècle, Venise s'impose comme un nouveau centre de ce commerce. Cette cité, liée à l'Empire byzantin, est désormais un État indépendant dans lequel le duc, appelé « doge », est élu à vie. Elle établit des comptoirs commerciaux en Méditerranée orientale et profite des croisades, dont elle assure le transport et le ravitaillement. La cité de Gênes l'imite bientôt.
2. Les échanges culturels
• Du point de vue des échanges culturels, certains espaces méditerranéens ont constitué des lieux de rencontre, sans qu'on puisse parler de véritable tolérance au sens actuel du terme. Dans l'Espagne musulmane, même si juifs et chrétiens sont discriminés, des débats intellectuels existent. Ainsi le philosophe juif Maïmonide (1138-1204) développe une pensée philosophique tentant de concilier foi et science, tout comme son contemporain musulman, Averroès (1126-1198).
• La Sicile, quant à elle, a connu la civilisation byzantine jusqu'à sa conquête par les Arabes en 827. En 1061, le pape fait appel à des Normands pour prendre l'île, qui est ainsi intégrée à la civilisation chrétienne occidentale. Toutefois, ses souverains, comme Roger II (1130-1154), mènent une politique d'équilibre entre orthodoxes, catholiques et musulmans. Ils favorisent un art associant mosaïques d'inspiration byzantine, stucs et entrelacs s'inspirant de l'art islamique, comme à la chapelle palatine de Palerme.
• Quant aux croisés présents en Orient, malgré la violence de la prise de Jérusalem en 1099, ils échangent également avec les chrétiens d'Orient, les juifs et les musulmans, ce qui a pu jouer un rôle dans la redécouverte de la philosophie d'Aristote. L'architecture chrétienne orientale a également pu influencer à la construction de certaines églises romanes en Europe.
• Ainsi, la Méditerranée médiévale constitue un espace de rencontre entre civilisations, même si le contexte conduit à dessiner au sein de cet espace des aires culturelles bien définies. Une situation très différente de l'Antiquité, où cette mer pouvait être qualifiée de « lac romain ».
Exercice n°4Exercice n°5
Quel titre porte le chef spirituel de l'Église orthodoxe à Constantinople ?
Cochez la bonne réponse.
Le métropolite
Le pape d'Orient
Le patriarche de Constantinople
Le stagirite
Le catholicos de Byzance
Le patriarche de Constantinople, nommé par l'empereur, est la principale autorité au sein du monde orthodoxe.
Quelles sont les deux principales branches de l'islam ?
Cochez la bonne réponse.
Soufis et sunnites
Chiites et sunnites
Mamelouks et fatimides
Omeyyades et abbassides
Moghols et ottomans
Sunnites et chiites se divisent au sujet de la succession califale, les uns étant partisans d'Ali, les autres contestant cette autorité. De cette divergence sont apparues par ailleurs des différences de croyances et de pratiques.
En quelle année Charlemagne a-t-il été couronné empereur d'Occident ?
Cochez la bonne réponse.
476
746
800
1099
1213
Le couronnement de Charlemagne comme empereur d'Occident pendant la nuit de Noël de l'an 800 à Saint-Pierre de Rome par le pape bouleverse l'équilibre entre Orient et Occident, l'empereur de Byzance se considérant jusqu'alors comme unique empereur depuis la chute de l'Empire romain d'Occident en 476.
Quelle est la date de la prise de Constantinople par les croisés lors de la IVe croisade ?
Cochez la bonne réponse.
1095
1147
1204
1270
1314
En 1204, la IVe croisade pille Constantinople. Un empire latin est installé, ce qui provoque une rupture majeure entre chrétiens d'Orient et d'Occident, au-delà du schisme de 1054.
Qui est Maïmonide ?
Cochez la bonne réponse.
Un philosophe juif vivant en Andalousie
Un médecin musulman vivant en Sicile
Un architecte à Constantinople
Un marchand vénitien
Un conseiller du roi Roger II de Sicile
Maïmonide développe sa pensée philosophique, inspirée d'Aristote, dans l'Andalousie musulmane, où chrétiens et juifs bénéficient d'une tolérance relative en échange de l'acceptation de discriminations.