L'émigration d'Européens vers d'autres continents au cours du xixe siècle : l'exemple de l'émigration italienne

Introduction

Au xixe siècle, parallèlement à l'accélération de la croissance démographique, on constate une hausse brutale des migrations des Européens vers les autres continents : ces mouvements de population dureront longtemps, jusqu'à la première moitié du xxe siècle. Trois questions se posent : vers quelles destinations se rendent les migrants, pour quelles raisons quittent-ils l'Europe et quelles sont les conséquences de ces migrations sur les lieux d'arrivée des migrants ?
I. Un exemple : la migration des Italiens vers les Amériques à la fin du xixe siècle
1. Une émigration de plus en plus importante entre les années 1870 et 1910
• Entre 1870 et 1910, plus de 11 millions d'Italiens quittent leur pays. Le nombre d'émigrants augmente considérablement sur cette période : environ 1,9 million d'Italiens émigrent entre 1881 et 1890 ; ils sont plus de 6 millions entre 1901 et 1910.
• Ces émigrants viennent de toute l'Italie, mais principalement des campagnes d'Italie du Nord, de Campanie, de Sicile
• Entre les années 1861 et 1881, la population italienne est passée de 22 à 28,9 millions d'habitants et les campagnes de ces régions ont connu une importante croissance démographique. Mais le nombre d'emplois disponibles n'a pas augmenté aussi rapidement. Le taux de chômage y est donc très important.
• Avec l'amélioration des moyens de transports au milieu du xixe siècle les prix des voyages vers l'étranger sont devenus plus accessibles : ne trouvant plus de travail en Italie, un grand nombre d'Italiens tentent leur chance sur d'autres continents.
Exercice n°1Exercice n°2
2. Des destinations nombreuses mais de plus en plus tournées vers le continent américain
• Les Italiens émigrent vers l'ensemble du monde, cependant ils ont des destinations privilégiées qui varient sur la période.
• Dans les années 1870, ce sont principalement les pays industrialisés d'Europe de l'Ouest qui les attirent (France, Suisse, Allemagne, Royaume-Uni). En effet, avec le développement de l'industrie de nombreux emplois ont été créés dans ces États.
• De 400 avant J.-C. à 1700, la part de la population européenne dans la population mondiale oscille entre 17 et 21 %. Cette part est relativement stable sur l'ensemble de la période.
• Puis, à partir des années 1880, les Italiens se dirigent majoritairement vers le continent américain. Plus de 6 millions d'entre eux traversent alors l'Atlantique vers les Amériques :
  • entre 1876 et 1880, les Italiens émigrent vers l'Argentine, le Brésil et l'Uruguay où la main-d'œuvre manque après l'abolition définitive de l'esclavage. De plus, les gouvernements de certains pays d'Amérique latine, en manque de main-d'œuvre et de personnes qualifiées pour développer leurs économies, lancent des campagnes de publicité et des offres d'emplois afin d'attirer des Européens ;
  • puis, à partir des années 1880-1890, les Italiens émigrent de plus en plus vers les États-Unis : plus de 2,3 millions d'Italiens partent vers ce pays au début du xxe siècle.
Exercice n°3
3. Une intégration difficile
• L'intégration de la première génération dans les pays d'accueil n'est pas toujours facile (rejet, xénophobie…).
• Les immigrés tendent à se regrouper en communautés dans les mêmes quartiers selon leurs régions d'origine (par exemple, les Italiens dans le quartier de Little Italy à New York). Ils restent aussi attachés à leur culture (langue, pratiques religieuses, nourriture, mode de vie…).
• Il faut attendre la seconde génération pour que les descendants de ces premiers immigrés soient d'avantages assimilés.
II. Les Italiens ne sont pas les seuls Européens à émigrer
1. Lieux de départ
• Les Italiens ne sont pas les seuls Européens candidats au départ : ils occupent la troisième position derrière les Anglo-Saxons.
• Les Britanniques sont les plus nombreux à partir : plus de 11,4 millions. En seconde position, plus de 7,3 millions d'Irlandais émigrent à cette période.
• Viennent ensuite les habitants d'Europe du Sud : les Espagnols et les Portugais ; et ceux des pays d'Europe centrale et d'Europe de l'Ouest : les Allemands, les Hollandais, les Français…
• Dans toutes ces régions d'Europe, l'accroissement démographique a été fort et la population a fortement augmenté.
2. Lieux d'arrivée
Les États-Unis reçoivent environ la moitié des 60 millions d'Européens qui émigrent (dont beaucoup d'Allemands) et les 3/4 passent par New York.
• Face à l'augmentation des arrivées sur leur sol, les autorités américaines décident de mieux s'organiser. L'île d'Ellis Island, dans le port de New York, devient ainsi le premier bureau des services fédéraux d'immigration. Il est créé en 1890 par le président Harrison. Entre 1892 et 1954, 12 millions d'immigrants seront obligés de passer par ce véritable centre de sélection, passage obligatoire pour entrer sur le sol américain.
• Les autres destinations des migrants sont le Canada, l'Argentine et le Brésil…, mais aussi l'Australie, la Nouvelle-Zélande, l'Afrique du Sud
3. Des destinations choisies selon certains critères
• Les immigrants choisissent leur destination d'arrivée en fonction de certaines affinités : présence de membres de la famille ou d'une communauté de personnes de la même origine géographique dans le pays d'accueil, langue et culture proches de la leur, politiques des États encourageant l'immigration, mythe de l'eldorado.
• Des réussites spectaculaires du type de celle d'Andrew Carnegie – jeune Écossais ayant fait fortune dans l'acier aux États-Unis – font également rêver…
Exercice n°4
III. Motifs des départs et conséquences des immigrations dans les pays d'accueil
1. De multiples raisons de partir
• Ces raisons sont principalement économiques et démographiques au xixe siècle : les Européens ont développé des réseaux commerciaux et conquis des territoires dès la période des grandes découvertes. Dans la seconde moitié du xixe siècle, une seconde vague de colonisation du monde par les États européens se tourne vers l'Afrique, l'Asie, l'Océanie… Ces territoires ont besoin de colons et de main-d'œuvre européenne pour les administrer et développer les échanges économiques avec les métropoles.
• Or, au xixe siècle, la population européenne est multipliée par plus de deux. Les salaires sont bas pour les catégories sociales les plus modestes, qui sont aussi touchées par les phases de crises économiques et par l'augmentation conjoncturelle du chômage. Il y a donc un réservoir de main-d'œuvre disponible pour des départs vers les autres continents.
• Ce mouvement est accentué au xixe siècle par le développement de l'industrialisation et l'amélioration des moyens de transport (lignes régulières Europe-Amériques et Europe-Afrique/Australie…, bateaux à vapeur). Les échanges internationaux se développent.
• Certains émigrent aussi, volontairement ou non, pour des raisons politiques (départs de Français après l'échec de la révolution de 1848 ; déportations de populations indésirables; pogroms contre les Juifs en Russie provoquant des déplacements de population…). Les colonies lointaines permettent aussi aux métropoles de se débarrasser de populations indésirables : les Britanniques envoient ainsi en Australie des repris de justice et des prostituées.
• On part aussi pour des raisons religieuses (sectes protestantes aux États-Unis) ou pour réaliser ailleurs des projets utopistes. Certains sont attirés par la ruée vers l'or et l'aventure…
• Parfois plusieurs facteurs se combinent : entre 1845 et 1848 règne une grande famine en Irlande, provoquée par la destruction des récoltes de pommes de terre par le mildiou. Cette crise est aggravée par des tensions politiques nationalistes (hostilité des nationalistes irlandais contre la couronne d'Angleterre). Ce contexte explique le départ de 2 millions d'Irlandais majoritairement vers les États-Unis. On peut parler ici de migration de la misère.
2. Les conséquences des migrations pour les pays d'accueil
• Les vagues d'immigration entraînent la création dans les pays d'accueil de communautés d'origine étrangère. Dans un premier temps leur mode de vie est souvent misérable et elles doivent alors s'installer dans des conditions précaires et des logis insalubres.
• Les pouvoirs publics doivent faire face aux problèmes sociaux et au nouveau cosmopolitisme de leur pays pour favoriser l'intégration des nouveaux arrivants. Cette dernière n'est pas toujours facile à obtenir car l'arrivée d'étrangers provoque souvent l'hostilité des habitants les plus anciens, même s'ils sont eux-mêmes d'origine étrangère.
• Des mouvements xénophobes se développent alors. C'est le cas aux États-Unis, au milieu du xixe siècle, lorsque les Irlandais arrivent à New York et sont rejetés par des Américains dont les ancêtres sont arrivés du royaume d'Angleterre à peine un siècle plus tôt.
• Mais avec l'intégration des secondes et troisièmes générations, l'immigration favorise aussi des métissages et l'expansion de la culture européenne dans le monde. Elle participe donc au rayonnement de l'Europe au niveau international.
Exercice n°5
Combien d'Italiens émigrent vers les autres continents entre les années 1870 et 1910 ?
Cochez la (ou les) bonne(s) réponse(s).
22 millions
11 millions
6 millions
2,3 millions
1,9 million
Quels sont les lieux de départ des Italiens au xixe siècle ?
Cochez la (ou les) bonne(s) réponse(s).
L'Italie du Nord
La Sicile
La Campanie
La Toscane
Rome et sa région
L'Italie du Sud (Sicile, Campanie) est traditionnellement plus rurale et plus pauvre que l'Italie du Nord. Cette partie du pays connaît donc un fort exode rural : les ruraux quittent leur région pour trouver du travail en ville. Lorsqu'une crise économique touche l'Italie du Nord, qui s'est beaucoup industrialisée au xixe siècle, le chômage augmente ainsi que l'émigration.
Pourquoi les Italiens quittent-ils leur pays natal pour partir vers des destinations inconnues ?
Cochez la (ou les) bonne(s) réponse(s).
L'industrialisation de l'Italie permet le développement des villes.
Les campagnes d'Italie du Sud sont très pauvres.
Le chômage augmente après chaque phase de crise économique.
La population italienne connaît une forte croissance.
Le mythe de l'eldorado et d'une réussite spectaculaire dans les Amériques fait rêver.
Il y a des troubles nationalistes en Italie.
L'industrialisation favorise le développement des villes (les industries se sont installées en ville et ont besoin de main-d'œ ce qui augmente la population urbaine). On observe, alors, un fort exode rural : les habitants des campagnes pauvres d'Italie du Sud quittent leur région pour trouver du travail en ville. Ils émigrent s'ils n'en trouvent pas.
Quel est le principal pays d'émigration en Europe au xixe siècle ?
Cochez la (ou les) bonne(s) réponse(s).
l'italie
l'Allemagne
la France
le Portugal
le Royaume-Uni
l'Irlande
Quelles sont les conséquences de l'arrivée de populations d'origine étrangères pour les pays d'accueil ?
Cochez la (ou les) bonne(s) réponse(s).
communautarisme
mélange culturel
métissages
désintérêt des pays d'accueil
intégration de population d'origine étrangère
assimilation de population d'origine étrangère
L'intégration, l'assimilation de population d'origine étrangère est souvent difficile mais finit par arriver à la deuxième ou troisième génération. En revanche, les États sont obligés de développer des politiques publiques pour faire face à l'afflux d'immigrants.