Le lexique

Le lexique correspond à l'ensemble des mots d'une langue. Ces mots peuvent être formés de différentes façons, dont nous allons voir les principales.
I. La formation des mots 
L'étymologie
• L'étymologie est l'étude de la formation des mots à partir de ceux d'une autre langue. On appelle le mot source la racine. Le lexique français vient en large partie du latin et du grec.
• Le français appartenant au groupe des langues latines, on trouve beaucoup de racines latines pour les termes de la langue courante. Par exemple, chef vient de caput, qui veut dire « tête » en latin. Le chef est en effet la tête d'un groupe. Le mot chapeau vient de la même racine, puisqu'un chapeau se porte sur la tête. Les racines latines peuvent aussi donner des mots savants, comme apiculture.
• Le grec fournit des racines pour un lexique souvent technique ou abstrait. On en trouve notamment dans le vocabulaire médical (par exemple hystérie, qui vient du mot grec qui signifie « utérus ») ou dans le lexique des figures de style (une métaphore, étymologiquement, « porte le sens plus loin »). Il a aussi servi à créer des mots pour de nouveaux objets, comme le téléphone (étymologiquement : « la voix au loin »).
Les mots français peuvent provenir d'autres lexiques. Certains mots sont d'origine :
  • gauloise : berceau, caillou, charpente, gaillard
  • allemande : boulevard, calèche, foudre, hisser
  • espagnole : adjuvant, bourrique, carapace
  • italienne : masque, cavalier, concert, lavande
La dérivation
• La dérivation consiste à créer de nouveaux mots par les jeux des affixes (préfixes et suffixes). Le mot est alors composé de plusieurs morphèmes : le radical, et le ou les affixes. Par exemple, incroyable contient deux morphèmes (préfixe in- et radical croyable). Incroyablement contient trois morphèmes (préfixe in-, radical croyable, suffixe -ment).
• La dérivation permet de créer des antonymes (juste / injuste), de changer de catégorie grammaticale (ferme, adjectif ; fermement, adverbe) ou de jouer sur les connotations (jaune n'est pas identique à jaunâtre).
Les néologismes
• Un néologisme est un mot nouveau qui s'ajoute au lexique de la langue. On peut forger des mots qui n'existaient pas avant, comme courriel (pour courriel électronique) ou pourriel (pour courrier électronique non désiré, « pourri » ; on l'appelle aussi spam).
• Parfois, il est pris dans une langue étrangère, tel quel (comme hacker) ou avec une transformation minime (par exemple l'ajout de la terminaison en -er dans spoiler).
• Un mot peut aussi prendre un nouveau sens, alors qu'il existait déjà : c'est le cas de virus, dans un contexte informatique, ou de tablette et stylet. On parle alors de « néosémie ».
II. L'analyse des mots
La polysémie 
• La polysémie est le fait qu'un même mot cumule plusieurs sens. Contrairement à l'homonymie, on considère qu'il s'agit bien du même mot, qui reçoit selon le contexte des nuances de sens parfois importantes. Pour parler de polysémie, il faut qu'un lien puisse exister entre les différents sens du mot.
Exemples :
  • Assiette (plat pour manger, ou source de revenus) ;
  • Vivre (être en vie ; habiter quelque part).
Sens propre, sens figuré
• Un même mot peut également avoir un sens propre et un sens figuré. Le premier est le sens d'origine, en général un sens concret. On parle aussi de sens littéral. Le second prend une dimension imagée, métaphorique. Là aussi, l'évolution du sens peut aisément être perçue.
Exemples :
  • Plume : au sens propre, elle recouvre le corps de l'oiseau ; elle peut être utilisée pour écrire. Au sens figuré, elle désigne le style d'un auteur, sa manière de s'exprimer ;
  • Tissu : au sens propre, c'est une étoffe. Au sens figuré, c'est un ensemble d'éléments entrecroisés, comme dans tissu urbain, tissu musculaire, ou encore tissu de mensonge.
Les connotations 
Les connotations sont des associations d'idées : certains sens s'ajoutent au sens premier d'un mot (ce qu'on appelle le sens dénoté). Selon qu'elles sont valorisantes ou non, on parlera de connotations mélioratives ou péjoratives.
Exemples :
  • Le mot rose sert à désigner une fleur ; il est associé à des connotations mélioratives : le parfum, la beauté… ;
  • Le mot rat sert à désigner un rongeur ; il est associé à des connotations péjoratives : la saleté, la maladie, la peste.
III. L'analyse du lexique 
Les antonymes
• Les antonymes sont des mots de sens contraire : ils s'opposent par définition (ex. : lent / rapide ; petit / grand ; jeune / vieux).
• On peut former des couples d'antonymes par dérivation (ex. : heureux / malheureux ; cohérent / incohérent).
Les synonymes 
• Les synonymes sont des mots de sens voisin. Les distinctions entre eux sont des nuances soit de sens, soit de connotations, soit encore de niveau de langue. Il est recommandé, pour alléger le style, d'éviter les répétitions d'un même mot en utilisant plutôt des synonymes (ex. : maison, résidence, demeure, habitat, logis, foyer…).
• Pour varier davantage le style, on peut également recourir à la périphrase (ex. : la bien-aimée, la dulcinée, l'amie, la compagne, celle qui est tendrement aimée…).
Les homonymes, homophones, homographes et paronymes 
• Les homonymes sont des mots qui peuvent être confondus, parce que leur forme écrite est identique, et qu'ils se prononcent de la même manière. Pourtant, leurs sens sont totalement sans rapport : on considère qu'il y a bien deux mots différents (ex. : un bateau qui navigue, et un bateau devant un portail de voiture).
• Les homophones sont distincts à l'écrit mais identiques à l'oral. Ils sont nombreux en français (ex. : mère, maire, mer).
• Les homographes, plus rares, s'écrivent de la même manière mais sont distingués à l'oral, comme des fils (enfants de ses parents) et des fils (pour la couture).
• Il existe enfin des paronymes, mots de formes proches que l'on peut confondre par erreur, comme allocution et allocation.
© 2000-2021, rue des écoles