Assistance scolaire personnalisée

un partenariat rue des écoles Maif
Mercredi 17 octobre 2018. Bonjour S'inscrire gratuitement Se connecter
Icône de rechercheRechercher

Lexique

accent
• On appelle d'abord accent le signe graphique qui, dans la langue française, se place sur une voyelle pour en indiquer la prononciation ou pour distinguer des homophones (exemples : un élève, une fête, une mûre, etc.).
• Quoique beaucoup moins marqué que dans la plupart des autres langues, il existe en français un accent tonique qui consiste à allonger la dernière syllabe d'un mot phonétique (c'est-à-dire d'un groupe de mots prononcé en une seule fois). Par exemple, l'expression « dans la bouche » est un mot phonétique constitué de trois syllabes (une par mot) ; l'accent tonique porte sur la dernière syllabe, « bouche » (le e final est muet).
• Le repérage des accents toniques permet d'analyser le rythme de la phrase ou du vers et d'observer ses cadences. Ainsi, dans ce début de Salammbô de Flaubert :
« C'était à Mégare, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Amilcar. »
La cadence de cette phrase est dite majeure parce que le nombre de syllabes de chaque mot phonologique croît (5 / 5 / 7). La cadence est par ailleurs soulignée par les virgules et par les rimes intérieures (gar / car / car).
• On appelle contre-accent la succession de deux accents toniques. C'est le cas dans ces vers du « Chat » de Baudelaire :
«  Dans ma cervelle se promène
Ainsi qu'en son appartement
Un beau chat, fort, doux et charmant.  »
Ce phénomène crée une syncope rythmique très expressive.
• À ces accents naturels, s'ajoutent des accents d'intention qui sont laissés à la liberté de celui qui parle et n'ont pas de valeur objective.
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Share
Partager sur Tweeter