Assistance scolaire personnalisée

Dimanche 20 avril 2014. Bonjour > Se connecter
icone FicheFiche
Icône de rechercheRechercher

Le chômage et le taux de chômage

Énoncé

À l'aide de vos connaissances et des annexes, vous répondrez aux questions suivantes.
1. Définissez le chômage et le taux de chômage (au sens du Bureau international du travail – BIT).
2. À partir des annexes 1 et 2 et de vos connaissances, repérez et expliquez les principales inégalités face au risque du chômage en France aujourd'hui.
3. Précisez, pour chacune des cinq catégories de mesures en faveur de l'emploi (annexe 3), les objectifs poursuivis et les mécanismes qui en font des moyens de lutte contre le chômage.
4. Montrez pourquoi la baisse du chômage permet de résoudre certains problèmes économiques (déficit budgétaire, financement de la Sécurité sociale et des retraites, etc.).
Annexe 1
Zoom
Panorama du chômage en FranceDemandeurs d'emploi selon la catégorie socioprofessionnelle, en milliers.
Panorama du chômage en France
Source : Pôle emploi, Dares, avril 2010.
Annexe 2
Taux de chômage BIT en France métropolitaine en %
« 

2010 T1
2010 T2 (p)
Ensemble
9,5
9,3
15-24 ans
23,3
23,3
25-49 ans
8,6
8,4
50 ans ou plus
6,6
6,1
Hommes
9,3
9,1
15 à 24 ans
24,0
22,0
25 à 49 ans
8,3
8,3
50 ans ou plus
6,2
6,0
Femmes
9,7
9,4
15 à 24 ans
22,4
24,7
25 à 49 ans
9,0
8,6
50 ans ou plus
6,9
6,2
Données corrigées des variations saisonnières, en moyenne trimestrielles – France métropolitaine. T1 = 1er trimestre, T2 = 2e trimestre. (p) : provisoire. Champ : France métropolitaine, population des ménages, personnes de 15 ans ou plus. »
Source : Insee, enquête Emploi, 2 septembre 2010

Annexe 3
Toutes les mesures en faveur de l'emploi
« […] Les différentes mesures mises en place par le gouvernement s'articulent autour de trois objectifs essentiels : préserver l'emploi, stimuler la création d'emplois, soutenir l'accès à l'emploi. […] Le dispositif « zéro charges » Le dispositif « zéro charges » exonère de charges patronales, pendant douze mois, les embauches dans les TPE (entreprises de moins de dix salariés). La moitié des embauches ont bénéficié à des jeunes de moins de 26 ans. »

« Accompagnement des salariés dans une reconversion professionnelle Le contrat de transition professionnelle (CTP) : le salarié est […] accompagné de façon intensive pour un retour à l'emploi rapide (formation, travail en entreprise, préparation à la recherche d'emploi). Le CTP permet de reprendre un travail rémunéré sur une courte période. […] La convention de reclassement personnalisé (CRP) […] offre au salarié des mesures de soutien social et psychologique, d'orientation, d'accompagnement pour la recherche d'emploi. Pendant les douze mois de la CRP, le bénéficiaire perçoit une allocation spécifique de reclassement. […] Les contrats aidés Le contrat unique d'insertion (CUI) a pour objet de faciliter l'insertion professionnelle des personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles d'accès à l'emploi. Le contrat initiative emploi (CIE) facilite l'accès durable à l'emploi des personnes rencontrant des difficultés d'insertion professionnelle. Le contrat d'accompagnement dans l'emploi (CAE) a pour but de favoriser le retour à l'emploi des personnes en difficulté particulière d'accès au marché du travail. […] La réforme de la formation professionnelle La mise en place d'un fonds de sécurisation des parcours professionnels permettra de réorienter les fonds de la formation professionnelle vers ceux qui en ont le plus besoin : demandeurs d'emploi et salariés les moins qualifiés. Pour remplir cette mission, le fonds aura notamment vocation à :
  • soutenir les contrats en alternance ;
  • financer les formations qui permettent d'acquérir des savoirs de base (par exemple en informatique, en langues, etc.) ;
  • appuyer des actions de formation pour les salariés les plus fragilisés (licenciés économiques, salariés en activité partielle).
Pour les personnes souhaitant créer une entreprise Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise (Nacre) pour les demandeurs d'emploi. Ce dispositif s'adresse aux demandeurs d'emploi créant ou reprenant une entreprise). Statut d'auto-entrepreneur pour tous : mis en place début 2009, le régime de l'auto-entrepreneur vise à permettre à tout un chacun de créer rapidement et facilement sa propre entreprise individuelle. »
Source : www.gouvernement.fr/gouvernement/toutes-les-mesures-en-faveur-de-l-emploi-0, 11 mai 2010

Corrigé

1. Le chômeur est la personne âgée d'au moins 15 ans, donc en âge de travailler, et qui est : sans emploi, à la recherche active d'un emploi et disponible dans les quinze jours pour en occuper un. À la différence de la définition du Pôle emploi (anciennement ANPE), le chômeur au sens du BIT n'est pas inscrit au Pôle emploi.
Le taux de chômage est, quant à lui, une donnée quantitative qui représente la proportion de chômeurs, « au sens du BIT », dans la population active « au sens du BIT » (actifs occupés + chômeurs). La formule est donc la suivante :
taux de chômage BIT = (nombre de chômeurs BIT ÷ population active BIT) × 100.
2.  À partir des annexes 1 et 2, il convient de constater que l'ensemble des catégories socioprofessionnelles est touché par le chômage sur la période couvrant décembre 2007 à 2009. Toutefois, il apparaît que ce sont principalement les employés et les ouvriers qualifiés qui sont les plus concernés. On peut ainsi dire que, dans cette conjoncture, les employeurs ont préféré avantager le facteur capital au détriment du facteur travail. Par ailleurs, l'âge est également un facteur discriminant. Les jeunes sont davantage touchés par le chômage (23,3 %), car leur manque d'expérience les place dans une situation inconfortable face aux 25-49 ans qui bénéficient de l'expérience professionnelle et sont davantage employables. Enfin, sur l'ensemble de la population, les femmes sont plus exposées au chômage (9,7 % contre 9,3 % pour les hommes en 2010). Même si l'écart semble minime, cette inégalité qui a toujours existé s'explique par le fait que les femmes sont consacrées dans leur rôle de mère et donc considérées comme susceptibles d'être plus absentes pour s'occuper de leur famille.
3.  Le dispositif « zéro charges » a pour objet de stimuler la création d'emplois des jeunes en exonérant les dirigeants des TPE des charges patronales.
« L'accompagnement des salariés dans une reconversion professionnelle », qui se décline en deux temps, le CTP et le CRP, a pour objet de favoriser l'accès à l'emploi. Pour le CTP, il s'agit de stimuler intensivement l'effort de formation afin de réadapter le salarié au marché du travail. Dans le cadre du CRP, il s'agit d'accompagner le salarié dans la méthodologie de recherche d'emploi pendant douze mois.
« Les contrats aidés » sont eux aussi des dispositifs d'accès au retour à l'emploi. Ils s'appuient sur des aides financières à l'embauche de personnes en difficulté sociale ou professionnelle.
« La réforme de la formation professionnelle » recherche la préservation de l'emploi en instaurant un fonds de sécurisation des parcours professionnels destiné à réorienter les fonds de la formation professionnelle vers les publics les plus nécessiteux.
« Pour les personnes souhaitant créer une entreprise », l'objectif est, bien évidemment, de les soutenir dans leurs démarches administratives soit en les simplifiant soit en leur apportant un soutien par le Nacre (Nouvel accompagnement pour la création d'emploi).
4. La baisse du chômage signifie une augmentation du nombre d'actifs et, par la même occasion, une plus grande manne pour les cotisations salariales et patronales qui financent le système de Sécurité sociale et de retraites. Par conséquent, s'il y a davantage d'actifs, il y aura plus de cotisations et les organismes sociaux auront des rentrées supplémentaires. Le phénomène est le même pour le déficit budgétaire, les rentrées fiscales augmentant avec le nombre d'actifs qui doivent alors s'acquitter de leur impôt sur le revenu, les entreprises sont plus performantes et reversent davantage d'impôts sur les sociétés. On peut également souligner qu'une baisse du chômage entraîne une augmentation du pouvoir d'achat des ménages, qui, de fait, va augmenter les recettes fiscales de TVA ou de TIPP.
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Partager sur Tweeter