Assistance scolaire personnalisée

un partenariat rue des écoles Maif
Mardi 21 octobre 2014. Bonjour S'inscrire gratuitement       > Se connecter
icone FicheFiche
ExercicesExercices
Icône de rechercheRechercher

Libre-échange, protectionnisme et croissance

Protéger les entreprises nationales permet-il de renforcer leur efficacité ? Faut-il se spécialiser ou produire un peu de tout, pour être « autonome » ? Ces questions expriment la dimension idéologique de la réflexion sur les échanges internationaux. L'histoire de ces échanges est en effet marquée par une hésitation régulière entre mondialisation et tentation de repli sur soi, avec toujours la croissance pour enjeu. Pour autant, peut-on aussi simplement opposer libre-échange et protectionnisme ?
1. En quoi consiste la théorie des avantages comparatifs ?
• La théorie des avantages comparatifs élaborée par l'économiste classique D. Ricardo au début du xixe siècle repose sur un principe qui peut être paradoxal.
• Dans les relations entre les nations de puissance économique et technologique inégale, le bon sens conduit à penser qu'il n'existe pas d'échanges mutuellement profitables, les plus puissants étant les gagnants et les faibles les perdants (ce qui justifie alors le protectionnisme au nom de la défense des productions et des emplois nationaux des plus faibles).
Pour Ricardo, l'échange est toujours positif entre deux pays même si l'un est supérieur en tout à son concurrent. Chaque pays a intérêt à se spécialiser dans les produits pour lesquels il a un avantage comparatif (ceux dont les conditions de productions sont les plus favorables, ou les moins défavorables) et à importer les autres produits. Le commerce international est un jeu à somme positive qui profite à tous et favorise la croissance et la paix entre les nations.
•  Cette théorie a été largement contestée, notamment parce qu'elle conduirait les pays à « figer » leur spécialisation. Or, toutes les spécialisations ne se valent pas : certaines peuvent engendrer des avantages durables si la demande est dynamique alors que d'autres sont moins porteuses.
•  D'autres économistes ont cherché à actualiser la théorie ricardienne : ainsi le « théorème HOS » (du nom des 3 économistes Hecksher, Ohlin, Samuelson) soutient que la spécialisation internationale doit se faire en fonction des facteurs de production dont est doté chaque pays (« théorie de la dotation des facteurs »).
•  Mais l'observation de la réalité montre que la plus grande partie des échanges concerne des produits de même nature. La France et l'Allemagne, par exemple, s'échangent des voitures (échanges intrabranches). C'est donc plutôt une logique de différenciation fine et de concurrence qui explique l'échange, plus qu'une logique de complémentarité « ricardienne ».
Exercice n°1
2. Comment caractériser l'évolution de la division internationale du travail ?
• La division internationale du travail (DIT) désigne la répartition de la production mondiale de biens et de services entre les pays plus ou moins spécialisés. La DIT est en effet l'expression de la spécialisation des différents pays qui participent au commerce international. Selon les courants de pensée, l'accent est mis sur les avantages (optimum mondial, facteur de développement, etc.) ou sur les inconvénients (dépendance, échange inégal, etc.) de la DIT.
• Jusqu'aux années 1970, la division internationale du travail s'articule autour d'un échange de type colonial, les pays développés important des matières premières en provenance des PED et exportant des produits manufacturés entre eux et vers les PED.
• La crise des années 1970 révèle et accentue une nouvelle division internationale du travail : certains PED améliorent leur position d'exportateurs de matières premières (pétrole par exemple), d'autres percent comme exportateurs de produits manufacturés (NPI) tandis que les positions des pays développés (Japon, États-Unis, Europe) se hiérarchisent en fonction de leurs capacités à maîtriser les nouvelles technologies. Toutefois, nombre de PED sont toujours partie intégrante de l'ancienne division internationale du travail.
• Enfin, une étape supplémentaire a été franchie au cours des dernières décennies avec la décomposition internationale des processus productifs (DIPP) consistant à fractionner le processus de production d'un même produit complexe entre différents pays pour tirer avantage, de manière fine, de l'avantage comparatif de chaque site de production.
Exercice n°2Exercice n°3
3. Quels sont les arguments du débat entre libre-échange et protectionnisme ?
• Le libre-échange caractérise une situation où les échanges extérieurs d'un pays (exportations et importations) ne sont pas entravés alors que le protectionnisme désigne une situation où un pays se protège de la concurrence étrangère en limitant ses importations.
• L'argument théorique le plus important en faveur du libre-échange est la théorie des avantages comparatifs et ses prolongements : un système de libre-échange entre les nations, à travers la spécialisation de chacune, permet d'augmenter la croissance mondiale, la richesse crée et d'apaiser les relations entre les nations. De plus, l'ouverture internationale augmente le degré de concurrence, ce qui oblige les producteurs à innover, à améliorer la qualité des produits, à baisser les prix de vente. Par ailleurs, un système de libre-échange agrandit la taille des marchés et ouvre des débouchés, ce qui permet de réaliser des économies d'échelle.
• Le système a cependant des limites : toutes les spécialisations ne se valent pas ; le surplus d'efficacité lié au libre-échange n'est pas toujours partagé équitablement entre les différents acteurs (théorie de l'échange inégal développée par les économistes tiers-mondistes) ; la concurrence, enfin, peut avoir des effets pervers si elle est imparfaite. Que dire d'un commerce international qui met en concurrence les salaires donc les systèmes sociaux (dumping social) ?.
• Face à ces limites s'élèvent les voix du protectionnisme, notamment celle de l'économiste allemand F. List dès le xixe siècle. List pense que l'ouverture des frontières favorise les pays qui ont une avance technologique sur les autres. Un protectionnisme ponctuel permettrait le développement des pays en retard : on parle de « protectionnisme éducateur » (pour éviter la destruction des industries naissantes par des firmes étrangères ayant une avance technologique). Il s'agit d'une protection temporaire, le temps que les industries nationales soient suffisamment fortes pour affronter la concurrence internationale. Ce principe a été à la base de la politique de croissance et de développement du Japon depuis l'après-guerre et a été un gage de sa réussite.
Mais le protectionnisme présente aussi des limites : si elles deviennent « définitives », les mesures protectionnistes telles que les droits de douane, les contingentements, sont facteurs de hausse des prix et donc nuisent aux consommateurs.
Exercice n°4Exercice n°5
Deux citations
« Dans un système d'entière liberté de commerce, chaque pays consacre son capital et son industrie à tel emploi qui lui paraît le plus utile. Les vues de l'intérêt individuel s'accordent parfaitement avec le bien universel de toute la société. » (D. Ricardo, Principes de l'économie politique et de l'impôt, 1817)
« La montée d'un prolétariat chinois sous-payé a un effet gravement déflationniste sur les prix et les salaires des pays industrialisés et elle n'est pas près d'être enrayée, car la Chine est un pays totalitaire. Il faut donc des barrières douanières et des contingentements provisoires. » (Emmanuel Todd, Interview à Télérama, 2007)
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Partager sur Tweeter