Assistance scolaire personnalisée

un partenariat rue des écoles Maif
Samedi 25 octobre 2014. Bonjour S'inscrire gratuitement       > Se connecter
icone FicheFiche
ExercicesExercices
Icône de rechercheRechercher

L'investissement

En économie, l'investissement désigne le flux qui alimente le stock de capital. Au niveau technique, la Comptabilité nationale désigne l'investissement par l'expression « formation brute de capital fixe » (FBCF). Elle correspond à « la valeur des biens durables acquis par les unités de production pour être utilisés pendant au moins un an dans leur processus de production ».
Exercice n°1
1. Dans quels objectifs les entreprises investissent-elles ?
• L'entreprise qui acquiert de nouveaux équipements peut obéir à trois motivations différentes :
– elle peut souhaiter remplacer le capital usé ou frappé d'obsolescence. Il s'agit alors d'un investissement de remplacement ;
– elle peut vouloir accroître ses capacités de production pour faire face à une demande croissante. Elle réalise alors un investissement de capacité ;
– enfin, elle peut, dans un contexte de concurrence, chercher à accroître son efficacité productive en réalisant un investissement de productivité (automatisation d'une tâche manuelle, par exemple).
• Dans la réalité, il est parfois difficile de distinguer ces trois types d'investissement.
Exercice n°2
2. Quelles formes l'investissement prend-il ?
Traditionnellement, on distingue l'investissement matériel de l'investissement immatériel.
• L'investissement matériel désigne l'acquisition de biens d'équipement (nouvelles machines, chaînes de montage, ordinateurs, etc.).
• L'investissement immatériel comprend les dépenses de Recherche&Développement, la formation du personnel, les logiciels, les brevets, la publicité, c'est-à-dire d'autres dépenses visant à développer durablement la capacité de production.
Exercice n°3
3. Comment les entreprises peuvent-elles financer leurs investissements ?
• L'investissement peut tout d'abord être l'objet d'un financement interne appelé autofinancement, qui utilise les profits non distribués de l'entreprise, c'est-à-dire son épargne.
• Le financement peut également être externe. Il est externe direct si l'entreprise a recours aux marchés de capitaux en émettant des actions ou des obligations ou externe indirect si elle a recours au crédit bancaire. Depuis le début des années 1980, le financement externe direct se développe fortement au détriment du recours aux banques : on parle depuis de désintermédiation bancaire ou encore d'économie de marchés financiers.
• Dans certains cas de figure, il peut être plus intéressant de financer l'investissement par endettement. C'est ce que l'on appelle « l'effet de levier » : si la rentabilité économique (excédent brut d'exploitation/capitaux propres + capitaux empruntés) est supérieure aux taux d'intérêt alors la rentabilité financière (excédent brut d'exploitation/capitaux propres) est d'autant plus forte que l'endettement est important.
Exercice n°4
4. Quels sont les déterminants de la décision d'investir ?
• Le niveau d'investissement d'un pays est mesuré par le taux d'investissement qui est le rapport entre la FBCF et la valeur ajoutée. On recense traditionnellement quatre facteurs qui influencent la décision d'investir.
• Comme les entreprises cherchent à adapter leur capacité de production à l'évolution des débouchés, le premier déterminant est la demande anticipée. Ce facteur met en évidence un effet accélérateur de la demande sur l'investissement : l'augmentation de l'investissement est plus que proportionnelle à l'accroissement de la demande auquel il fait suite. À l'inverse un fléchissement même léger de la demande engendre une baisse plus que proportionnelle de l'investissement.
• Le deuxième déterminant est la rentabilité ou profitabilité : l'entreprise décide d'investir si elle escompte un taux de profit supérieur au taux d'intérêt auquel elle emprunte les capitaux nécessaires (ou, si elle dispose de ces capitaux, au taux d'intérêt que lui rapporterait un placement alternatif sans risques).
• Ensuite, la situation financière de l'entreprise a son importance : si elle se rapproche du seuil d'insolvabilité, elle préfère utiliser les profits réalisés pour se désendetter.
• Enfin, l'investissement dépend également de l'évolution du coût relatif du capital et du travail : si le coût de la main-d'œuvre augmente trop rapidement, les entreprises peuvent préférer substituer du capital au travail.
On remarque que le niveau des taux d'intérêt influe de manière transversale sur l'ensemble des ces facteurs : choix du moyen de financement, influence sur la profitabilité, etc. Globalement, on peut dire qu'un intérêt réel faible est favorable à l'investissement, mais ne garantit pas, à lui seul, une reprise de l'investissement.
Exercice n°5Exercice n°6
5. Quels sont les enjeux macroéconomiques de l'investissement ?
• L'investissement peut être considéré comme un moteur de la croissance. En effet, l'investissement est une des composantes de la demande : la dépense d'investissement correspond à une demande auprès des producteurs de biens d'équipement. De plus, tout investissement donne lieu a une distribution de revenus qui stimulera la demande. C'est l'effet multiplicateur : une dépense d'investissement supplémentaire se traduit par un accroissement plus que proportionnel du niveau de la demande. Ainsi, on peut dire que la croissance dépend fortement du taux d'investissement.
• Par ailleurs, dans une optique de long terme, le niveau d'investissement détermine l'avenir de l'appareil productif d'un pays : un taux d'investissement durablement atone risque de mettre en péril la compétitivité à cause d'une structure productive obsolète qui n'a pas su suivre le progrès technique, l'investissement étant le vecteur de l'innovation. C'est ici le phénomène de destruction créatrice mis en évidence par J. Schumpeter : la destruction des « éléments vieillis » et la création de « neufs » sont à l'origine de la dynamique du capitalisme.
Exercice n°7
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Partager sur Tweeter