Assistance scolaire personnalisée

un partenariat rue des écoles Maif
Lundi 22 septembre 2014. Bonjour S'inscrire gratuitement       > Se connecter
icone FicheFiche
ExercicesExercices
Icône de rechercheRechercher

La religion des Grecs

La religion tient une place importante dans la Grèce antique. Les divinités sont nombreuses et interviennent régulièrement dans la vie des hommes. Ceux-ci leur rendent de constants hommages : à la croisée d'un chemin, avant d'entrer dans un bois, de partir en guerre ou de se marier. Les fêtes en l'honneur des Dieux ponctuent la vie de la cité.
Quels sont ces Dieux ? Quels cultes les Grecs leur rendent-ils ?
I. Les dieux, les héros et leurs mythes
1. La mythologie
•  La religion grecque est polythéiste, elle comporte de nombreux dieux. Ils ont des pouvoirs différents et en possèdent les attributs (le roi des dieux, Zeus, avec la foudre ; Poséidon, dieu de la Mer, le trident). Ils ont une apparence humaine ainsi que les qualités et les défauts des humains (l'orgueil, la jalousie, la colère irraisonnée, etc.). Ils se querellent souvent et les histoires à leur sujet sont très nombreuses. Elles constituent la mythologie que l'on connaît essentiellement grâce à Homère et à Hésiode.
•  Le mythe de la naissance d'Athéna illustre les caractéristiques de la mythologie.
Volage, Zeus, trompe son épouse. Pour éviter sa vengeance, il dévore sa maîtresse et l'enfant qu'elle porte. Il ressent bientôt une vive douleur au crâne. Le mal devient insupportable. Zeus demande alors à Héphaïstos, le dieu forgeron et boiteux, de lui briser la tête afin de le libérer de cette douleur. Du crâne de Zeus, sort une jeune fille, portant un casque et des armes. Ainsi naît la déesse Athéna.
•  Chaque dieu est ainsi affublé d'un trait particulier : Zeus est infidèle, Héra jalouse, Héphaïstos boite. Chacun est attaché à un domaine particulier de la vie des Grecs : Héra protège les mariages légitimes, Athéna la cité en guerre. Enfin, le mythe d'Athéna illustre la supériorité de certains dieux.
2. Le panthéon
•  Zeus règne sur les dieux depuis l'Olympe, la plus haute montagne de Grèce. Mais il a dû conquérir sa place.
Kronos, roi des dieux, mange ses enfants pour qu'ils ne prennent sa place. Sa femme remplace l'un des nouveau-nés par une pierre et confie le petit Zeus ainsi sauvé à la chèvre Amalthée. Zeus grandit. Il revient pour libérer ses frères et sœurs : Poséidon (dieu de la Mer), Hadès (dieu des Enfers), Déméter (déesse de la Fertilité et des céréales) et Héra, qui devient sa femme. Zeus chasse Kronos, devient à son tour roi des dieux et récompense la chèvre Amalthée en lui donnant une corne magique, d'où sortent richesses et victuailles (la corne d'abondance). En plus des frères et sœurs de Zeus, les dieux importants sont Apollon (dieu des poètes), Aphrodite (déesse de l'Amour et de la Beauté), Hermès (messager des dieux).
3. Le héros, mi-dieu mi-homme
•  Les mythes évoquent aussi les héros, c'est-à-dire des hommes dont l'un des parents est un dieu, comme Achille (fils d'une nymphe), ou dont les actions sont extraordinaires, comme Ulysse.
•  Les deux héros les plus célèbres, hormis ceux de l'Iliade et de l'Odyssée, sont Héraclès et Thésée.
Le premier est un fils bâtard de Zeus. Héra se venge de cette infidélité en lui imposant douze épreuves insurmontables, qu'Héraclès parvient à accomplir.
Thésée, lui, était fils d'Égée, le roi d'Athènes. Tous les sept ans, la cité devait livrer des jeunes gens au Minotaure, le taureau mangeur d'hommes du roi Minos. Thésée décide de tuer le monstre. Son père demande aux marins de dresser une voile blanche à leur retour si Thésée est vivant. La fille de Minos, Ariane, donne du fil à Thésée pour qu'il marque son chemin, dans le labyrinthe où vit le monstre. De retour vers Athènes, les marins oublient de hisser la voile blanche. Ne voyant pas le signe attendu, Égée croit son fils mort. Il se jette à la mer qui porte depuis son nom : la mer Égée.
II. Les cultes des Grecs
Les Grecs célèbrent les cultes en famille mais aussi avec les habitants de leur cité, voire avec d'autres cités.
1. Les cultes familiaux
•  Chaque famille grecque a un contact quotidien avec les divinités à travers des cultes familiaux. La maison elle-même est habitée par un « bon génie », représenté parfois par un serpent. Avant chaque repas, la famille offre à ce serpent une libation, quelques gouttes de vin versées à terre. Dans le foyer, où l'on fait le feu, se tient la déesse Hestia. C'est là et donc sous la protection de la déesse que l'on accueille les nouveaux membres de la famille. Une jeune mariée, par exemple, fait le tour du foyer, reçoit sur la tête des figues sèches, des noix et des graines en signe de bienvenue et de richesses à venir. Elle mange aussi un gâteau de sésame et de miel, un coing et une datte.
2. Le dieu protecteur de la cité
•  Dans une même cité, on se retrouve pour un culte commun : celui du dieu protecteur. À Argos, on fête la déesse Héra ; à Athènes Athéna. Tous les quatre ans sont organisées de grandes fêtes en l'honneur de la déesse, les panathénées. Des courses aux flambeaux ont lieu la nuit, ainsi que des danses et des chants interprétés par les jeunes Athéniens. Le lendemain matin, le peuple de la cité défile jusqu'à l'Acropole. Il apporte à la statue de la déesse un grand vêtement brodé par de jeunes Athéniennes. Le soir, on sacrifie cent bœufs dont la viande est partagée lors d'un grand banquet. Cette fête est à la fois celle de la déesse et celle de la cité.
3. Les cultes panhelléniques
•  Plus célèbres sont les fêtes qui réunissent tous les quatre ans plusieurs cités grecques, les cultes panhelléniques (« de tous les Grecs »).
À Olympie, on honore Zeus ; à Delphes, Apollon, lors des jeux Pythiques.
Delphes est un haut lieu de la religion grecque car la cité abrite un oracle, la Pythie. Au fond du temple d'Apollon, les Grecs peuvent ainsi interroger le dieu, qui répond par la bouche de la Pythie.
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Partager sur Tweeter