Assistance scolaire personnalisée

Jeudi 28 août 2014. Bonjour > Se connecter
icone FicheFiche
ExercicesExercices
Icône de rechercheRechercher

Les signes auxiliaires : tréma, apostrophe, trait d'union

En orthographe, le tréma, l'apostrophe et le trait d'union sont des signes auxiliaires tout comme les accents (aigu, grave et circonflexe). Les employer permet de présenter correctement un texte, mais aussi, pour le tréma, de préciser les sons à appliquer dans la prononciation.
• L'apostrophe marque la disparition d'une voyelle (a, e ou i) à la fin d'un mot lorsque le mot suivant commence par une autre voyelle ou un h muet. On appelle cela faire une élision.
Ex. : l'avion à la place de « le avion* ».
l'école à la place de « la école* ».
l'horreur à la place de « la horreur* ».
une presqu'île à la place de « une presque île* »
• Attention devant un h aspiré, il n'y a pas d'élision : le hérisson, la honte.
La voyelle finale est remplacée par une apostrophe, dans les cas suivants :
– à la fin de lorsque, puisque, quoique, parce que suivi d'une autre voyelle ;
Ex. : Lorsqu'ils arrivent sur place, les policiers passent les lieux au peigne fin pour trouver des indices.
– à la fin de jusque suivi d'une autre voyelle ;
Ex. : Tes cousins t'attendront jusqu'à ton retour de la piscine.
– à la fin de si devant un autre i.
Ex. : S'il avait su que ça lui coûterait aussi cher, il aurait renoncé à acheter ce nouveau téléphone.
• Généralement, le tréma se place sur les lettres ï, ë, ü pour signaler que la voyelle précédente doit être prononcée à part entière :
– après a et o, le tréma indique qu'il faut prononcer la voyelle séparément ;
Ex. : Mes parents m'ont parlé de mes aïeux ce week-end.
Héloïse a une voix douce.
– après gu, le tréma indique que le u se prononce :
Ex. : L'exiguïté de notre appartement ne sera plus supportable quand le bébé sera né. Josy a une voix aiguë.
• Le trait d'union permet :
– d'associer deux mots dans un nom composé. Il réunit donc deux mots pour n'en faire qu'un, il fait l'union entre eux ;
Ex. : J'ai encore mangé du chou-fleur à la cantine avant-hier
– de couper les mots à la fin d'une ligne, entre deux syllabes ou entre deux consonnes doubles ;
– de relier un verbe à l'impératif avec le pronom complément placé derrière lui ;
Ex. : Vas-y vite ! On t'attend !
Donnes-en à ta soeur.
– de réunir le sujet inversé d'un verbe si c'est un pronom.
Ex. : Qu'apportent-ils dans ce panier ? Des pommes ou des abricots ?
Il ne faut pas le confondre avec le tiret qu'on utilise pour ponctuer un texte afin d'introduire des répliques dans un dialogue, par exemple.
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Partager sur Tweeter