Assistance scolaire personnalisée

un partenariat rue des écoles Maif
Jeudi 23 octobre 2014. Bonjour S'inscrire gratuitement       > Se connecter
icone FicheFiche
ExercicesExercices
Icône de rechercheRechercher

Les littoraux : des espaces convoités

Introduction

Les zones littorales sont des espaces particulièrement attractifs pour les hommes et propices à leurs activités. Au cœur des grands flux d'hommes, de capitaux et de marchandises, les littoraux ont été de plus en plus aménagés. Le processus de littoralisation (glissement des populations et des activités vers les littoraux) s'est accentué au xxe siècle avec l'augmentation et la mondialisation des échanges internationaux.
Ce sont donc des espaces convoités, mais aussi des espaces fragiles et limités. La concentration et la concurrence des activités humaines ont provoqué des dégradations sur les écosystèmes littoraux. Tout l'enjeu d'un développement durable de ces zones consiste à préserver les espaces naturels remarquables sans freiner le développement des activités humaines.
I. Les littoraux : des espaces attractifs
1. Des espaces attractifs pour des raisons historiques et naturelles
• Les littoraux concentrent de fortes densités de population, en moyenne cinq fois plus élevée que celles du reste du monde.
• Certains littoraux, comme les deltas des grands fleuves asiatiques, sont très anciennement peuplés. Cette ancienneté du peuplement explique que les densités de population y soient particulièrement fortes.
• La littoralisation des hommes et des activités est donc un phénomène ancien qui s'est accentué au xxe siècle.
• La plupart des grandes agglomérations sont aujourd'hui à proximité des littoraux, en particulier dans les pays pauvres, pour des raisons souvent liées à l'histoire (création de ports pour permettre les échanges commerciaux entre les colonies et les métropoles, par exemple).
• Les processus de littoralisation et de métropolisation (attractivité et croissance plus importante des grandes villes) vont donc souvent de pair.
• Mais certains littoraux sont moins peuplés soit pour des raisons naturelles (climat, relief trop accidenté, marais ou mangroves – forêts tropicales recouvertes par la mer avec les marées) soit parce que leur localisation ou leurs conditions de navigation sont peu intéressantes.
• L'histoire joue aussi un rôle prépondérant pour expliquer ces contrastes de peuplement.
2. Les facteurs économiques et sociaux de la littoralisation
• Les littoraux sont des interfaces ouvertes sur le monde : des zones de contact entre les espaces terrestres et les océans, à travers lesquelles circulent des flux, des échanges
• L'attractivité des littoraux a logiquement augmenté avec le développement de la mondialisation. La révolution des transports maritimes et la croissance des échanges internationaux ont favorisé le développement des grands ports comme Rotterdam ou Shanghai.
• Les plus grandes zones portuaires et les métropoles importantes se regroupent sur les façades maritimes (la baie de Tokyo ; le Northern Range en Europe). Elles sont des zones d'échanges entre les régions de la Triade (Amérique du Nord, Europe de l'Ouest, Asie de l'Est) et le reste du monde.
• L'inégale répartition des hommes sur les littoraux et l'attractivité plus importante de certaines régions côtières reflètent l'organisation du monde et des grands flux de personnes, de capitaux, de marchandises.
• La naissance de la société des loisirs et le développement du tourisme balnéaire ont également eu un impact sur le développement de certaines zones côtières.
Exercice n°1Exercice n°2
II. Des espaces aménagés
Plusieurs activités humaines se concentrent sur des bandes côtières et des espaces souvent limités : elles se font souvent concurrence. Pour se développer, elles ont dû aménager l'espace littoral.
1. Des activités traditionnelles
• Les plaines côtières sont des espaces souvent favorables au développement de l'agriculture et de l'élevage : leur climat est plus tempéré qu'à l'intérieur des terres. Mais l'espace y est souvent limité. C'est pourquoi les hommes ont gagné des terres sur la mer, en créant notamment des polders. Ces aménagements ont nécessité la construction de digues et de canaux de drainage.
• L'autre activité traditionnelle du bord de mer est la pêche. Elle nécessite la création de ports et d'infrastructures de stockage des prises. Cette activité est encore largement artisanale, mais la pêche industrielle s'est aussi développée : petites unités de pêche et navires usines se partagent les ressources halieutiques (liées à la pêche).
• Depuis les vingt dernières années, l'aquaculture s'est également développée sur les littoraux des pays riches, mais surtout dans la zone Pacifique. Elle aussi nécessite des infrastructures plus ou moins importantes (bassins, bâtiments, dessertes routières…) soit sur le bord de mer, soit sur l'estran (zone découverte à marée basse), soit en mer.
2. Le développement des zones portuaires et le glissement des industries vers la mer
• Les grands navires sont plus économiques et plus pratiques que l'avion pour transporter de grandes quantités de marchandises d'un point à l'autre de la planète. Avec l'augmentation des échanges internationaux, l'importance du transport maritime s'est donc accrue et les zones portuaires se sont développées.
• Les bateaux sont de plus en plus grands et de plus en plus spécialisés (pétroliers, méthaniers.). Les aménagements portuaires doivent s'adapter en permanence aux modifications techniques des navires, car les grands ports se livrent une concurrence terrible pour attirer le trafic. Ainsi, avec l'apparition des porte-conteneurs, il a fallu construire de grands portiques de déchargement et étendre les zones de stockage.
• Les zones portuaires sont aussi des interfaces avec l'arrière-pays continental (hinterland) : elles doivent disposer de liaisons routières et ferroviaires efficaces pour que les marchandises puissent être livrées rapidement sur l'ensemble des continents.
• Le dynamisme des littoraux et leur position stratégique dans les échanges internationaux ont attiré dans les ports des industries chimiques, des raffineries de pétrole… Elles se sont installées sur des zones industrialo-portuaires en pleine extension. Certains pays, comme la Chine, ont aussi créé des zones franches pour favoriser leur développement économique (zones où les entreprises paient peu ou pas d'impôts).
• Les zones portuaires s'étendent souvent sur des dizaines de kilomètres et l'espace peut manquer. Des terre-pleins sont construits pour gagner des espaces sur la mer.
3. Le développement des littoraux touristiques
• Le tourisme balnéaire s'est développé en Europe à partir du xixe siècle. D'abord réservé à une élite, il s'étend ensuite à un tourisme de masse à partir des années 1960. C'est à partir de cette période que des littoraux touristiques sont aménagés dans les pays du Sud pour la clientèle du Nord attirée par le soleil (héliotropisme).
• Les conséquences de cette évolution sont importantes pour l'aménagement des littoraux touristiques. Le tourisme balnéaire nécessite en effet des équipements spécialisés : ports de plaisance, marinas (station balnéaire aménagée autour d'un port de plaisance), hôtels, golfs, piscines, grands ensembles immobiliers… et infrastructures de transport (autoroutes, aéroports) pour faciliter l'accès des estivants.
• Tous ces aménagements entraînent une urbanisation accrue des littoraux.
Exercice n°3Exercice n°4
III. Vers une gestion durable et une protection des littoraux
1. Des milieux naturels convoités, fragiles et menacés
• La pression démographique et économique pèse lourdement sur des espaces fragiles et limités :
  • les nombreuses activités littorales sont en concurrence pour l'occupation de l'espace : le prix des terrains augmente parfois tellement que les populations locales doivent partir (île de Ré) ;
  • les différents secteurs économiques peuvent aussi avoir des intérêts contraires pour l'utilisation des ressources du milieu (le tourisme et l'agriculture ont tous deux besoin d'eau), ce qui provoque des conflits d'usage lorsque la ressource est rare ;
  • l'urbanisation dense des littoraux entraîne le bétonnage des côtes et la disparition d'écosystèmes importants pour les océans, comme les mangroves ou les zones humides ;
  • les pollutions dégradent les écosystèmes.
• Le littoral est aussi menacé par des risques naturels (tsunamis) et par le réchauffement climatique qui entraîne l'augmentation du niveau des océans et une érosion importante des côtes.
2. Des enjeux politiques, écologiques et économiques
• Les enjeux d'un développement durable des littoraux sont importants : il faut préserver un environnement fragile sans remettre en cause les activités économiques et l'attractivité de ces régions très humanisées, relais essentiels pour les grands échanges internationaux.
• Des politiques de préservation du littoral ont été mises en place un peu partout dans le monde. Soutenues par les grandes organisations internationales, elles concernent à la fois les pays riches et les pays pauvres. Des pans entiers de littoraux ont ainsi été transformés en parcs naturels ou classés sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco (par exemple, grande barrière de corail). Au Royaume-Uni et en France, des organisations achètent des sites littoraux pour les protéger (le National Trust et le Conservatoire du littoral).
• Certains pays ont mis en place des législations pour limiter l'extension de l'urbanisation sur le littoral (Loi littorale de 1986 en France, protégeant une bande de littorale de 100 mètres ; Loi de 2002 en Algérie protégeant une bande de 300 mètres).
• Les pays développés peuvent aussi financer des aménagements littoraux économiquement viables et respectueux des écosystèmes.
• Pour mieux contrôler les usages du littoral, les organisations internationales ont créé la Gestion intégrée des zones côtières (GIZC) au sommet de Rio en 1992.
• Cependant, tous ces efforts de préservation et de gestion raisonnée de l'espace littoral restent inégaux selon les motivations et les moyens des pays. Ils ne peuvent être efficaces sans la mobilisation de tous les acteurs et usagers des côtes.
Exercice n°5
© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Partager sur Tweeter