Assistance scolaire personnalisée

un partenariat rue des écoles Maif
Lundi 24 novembre 2014. Bonjour S'inscrire gratuitement       > Se connecter
Icône de rechercheRechercher

Lexique

rime
• En poésie ou dans le théâtre en vers, on appelle rime le retour du même son, à la fin d'un vers ou d'une phrase.
En théorie, une rime est constituée du dernier son voyelle accentué accompagné du (ou des) son(s) consonne(s) qui le suive(nt). En revanche, on ne compte pas le e muet. Dnas les vers suivants, tirés de Hernani de Hugo, on note une rime en oi.
«  Ah que j'aime le son du cor le soir au fond des bois !…
Et puis c'est votre cor, c'est comme votre voix.  »

• On distingue les rimes plates (un seul commun) des rimes suffisantes (deux sons communs) ou riches (au moins trois sons communs). On classe également les rimes selon qu'elles sont féminines (terminées par un e muet) ou masculines. Les règles de la poésie classique préconisent l'alternance des rimes masculines et féminines.
• Attention, lorsque le son voyelle est identique, mais pas le son consonne qui le suit, on ne parle pas de rime mais d' assonance. C'est le cas dans cet extrait de Le Chanson de Rolland :
«  Quand Roland vit que la bataille sera
Plus se fait fier que lion ni léopard…  »

• La succession des rimes peut être réglée par des principes différents. Ces trois extraits des Fleurs du mal de Baudelaire permettent ainsi de distinguer :
– les rimes plates (schéma aabb) ;
«  Il est doux, à travers les brumes, de voir naître
L'étoile dans l'azur, la lampe à fenêtre,
Les fleuves de charbon monter au firmament
Et la lune verser son pâle enchantement.  »

– les rimes croisées (schéma abab) ;
«  Que diras-tu ce soir, pauvre âme solitaire,
Que diras-tu, mon cœur, cœur autrefois flétri,
À la très belle, à la très bonne, à la très chère
Dont le regard divin t'a soudain refleuri ?  »

– et les rimes embrassées (schéma abba).
«  Dans ma cervelle se promène
Ainsi qu'en son appartement,
Un beau chat, fort, doux et charmant.
Quand il miaule, on l'entend à peine…  »

• Lorsqu'un effet de rime est donné à l'intérieur d'un vers ou d'une phrase, on parle de rime intérieure.
«  Ange plein de santé, connaissez-vous les fièvres
Qui, le long des grands murs de l'hospice blafard,
Comme des exilés, s'en vont d'un pied traînard,
Cherchant le soleil rare et remuant les lèvres ?  »
Baudelaire, Les Fleurs du mal

© rue des écoles. Tous droits réservés.
Partager
Partager sur Tweeter